Le musée Flaubert et d’histoire de la médecine du CHU-Hôpitaux de Rouen labellisé

«Je suis né à l’hôpital de Rouen dont mon père était le chirurgien en chef. Il a laissé un nom illustre dans son art» avait l'habitude de déclarer Gustave Flaubert figure majeure du panthéon littéraire français, auteur de Madame Bovary et créateur du roman moderne. A Rouen, la maison du 51 rue de Lecat qui a vu naître l'écrivain de génie, le 12 décembre 1821 porte le nom de le musée Flaubert et d’histoire de la médecine depuis 1945. Une institution qui vient d'être labellisée «Maisons des Illustres», fin 2011 par le ministère de la culture et de la communication. Géré par le CHU-Hôpitaux de Rouen, ce musée atypique assume une double vocation littéraire et médicale, en souvenir des origines du grand homme.

«Je suis né à l’hôpital de Rouen dont mon père était le chirurgien en chef. Il a laissé un nom illustre dans son art» avait l’habitude de déclarer Gustave Flaubert figure majeure du panthéon littéraire français, auteur de Madame Bovary et créateur du roman moderne. A Rouen, la maison du 51 rue de Lecat qui a vu naître l’écrivain de génie, le 12 décembre 1821 porte le nom de le musée Flaubert et d’histoire de la médecine depuis 1945. Une institution qui vient d’être labellisée «Maisons des Illustres», fin 2011 par le  ministère de la culture et de la communication. Géré par le CHU-Hôpitaux de Rouen, ce musée atypique assume une double vocation littéraire et médicale, en souvenir des origines du grand homme.

Le label garantit l’authenticité et la mise en valeur muséographique des salles. Le label garantit l’authenticité des salles et leur mise en valeur muséographique et signale la qualité du programme culturel proposé : tenue régulière d’expositions, conférences, salon de lecture, visites accompagnées adaptées à tous les publics ainsi que la dynamique de recherche qui se manifeste par la publication régulière de catalogues.

On peut visiter sa chambre natale et la presque totalité de la maison où Gustave Flaubert a passé sa jeunesse. Il la quitter à 25 ans, à la mort de son père en 1846, pour aller vivre dans la maison de campagne des Flaubert à Croisset. Contrairement à la propriété de Croisset qui a été entièrement rasée, à l’exception d’un pavillon de jardin, la maison natale de l’Hôtel-Dieu a été conservée quasi intacte. Elle est toujours la propriété des Hôpitaux de Rouen qui veillent à sa conservation, à son entretien et permettent son ouverture au public.

En parcourant ce logis du XVIIIe siècle qui a conservé ses volumes d’origine, ses lambris, ses cheminées d’époque et son jardin clos, le visiteur peut avoir l’illusion de pénétrer dans l’intimité familiale des Flaubert. Outre la chambre natale qui vient d’être restaurée et a retrouvé son papier peint d’origine, on parcourt le cabinet de consultation du chirurgien, la salle à manger, la salle de billard où le jeune Flaubert, âgé seulement de 10 ans organisait des représentations théâtrales. Cette maison est le lieu emblématique où est née sa vocation d’écrivain. La proximité de l’austère Hôpital et la confrontation avec les misères humaines vont imprégner ses œuvres de jeunesse.

Flaubert ne voulait rien mettre de lui-même dans ses romans pourtant dans sa correspondance, on voit combien le passé dans la maison de son enfance a laissé de traces dans sa mémoire. Il écrit : «Les premières impressions ne s’effacent pas, nous portons en nous notre passé. Quand je m’analyse, je trouve en moi, encore fraîches et avec toutes leurs influences…mes songeries d’enfant dans le jardin à côté de la fenêtre de l’amphithéâtre».

« Pénétrer dans cette atmosphère intimiste, retrouver l’esprit du lieu, découvrir un homme et susciter de la curiosité pour son œuvre » est le but recherché de toute maison d’écrivain.

Le Musée Flaubert est ouvert les Mardi de 10h à 18h. Mercredi, jeudi, vendredi et samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Fermé dimanche, lundi et jours fériés.
Les publications du musée

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.