Le nouveau centre de dialyse et de consultation de néphrologie en avant-première

Au printemps 2015, le CHU de Caen accueillera les patients souffrant de maladies rénales dans un tout nouveau centre de dialyse et de consultation de néphrologie, de 2 335 m² répartis sur deux niveaux. Le futur bâtiment, financé intégralement par le CHU de Caen à hauteur de 6,4 millions d’euros (TDC), comptera notamment 12 postes de dialyse médicalisée

Au printemps 2015, le CHU de Caen accueillera les patients souffrant de maladies rénales dans un tout nouveau centre de dialyse et de consultation de néphrologie, de 2 335 m² répartis sur deux niveaux. Le futur bâtiment, financé intégralement par le CHU de Caen à hauteur de 6,4 millions d’euros (TDC), comptera notamment 12 postes de dialyse médicalisée où seront effectuées 20 000 séances annuelles (15 000 actuellement) et un secteur d’éducation thérapeutique et de formation aux techniques d’épuration extra-rénale à domicile et autodialyse qui accueillera une cinquantaine de patients.
Intégré au Pôle Cancérologie et Médecine d’Organes, le centre dirigé par le Pr Hurault de Ligny, traitera en ambulatoire tous types de maladies et d’insuffisances rénales aigue ou chronique, diabète, hypertension artérielle, lithiases. C’est également dans le nouveau site que seront suivis les patients transplantés – 50 à 60 personnes greffées par an et une file active d’environ 760 patients.
Actuellement situé sur le site Clemenceau, le bâtiment de néphrologie-hémodialyse, vétuste, ne permettait plus de répondre de manière optimale aux besoins des patients insuffisants rénaux de plus en plus âgés et souvent poly-pathologiques ni à la mission de centre de recours du Centre Hospitalier Universitaire pour l’ensemble de la région.
Les activités de néphrologie-transplantation et la dialyse ont été réparties sur deux sites en fonction de la nature des séjours : l’hospitalisation traditionnelle s’effectue au sein d’une unité implantée dans la tour Côte de Nacre, et l’activité ambulatoire sur le nouveau centre avec les urgences, les dialyses et les thérapies extra-corporelles (épuration extra-rénale), avec en complément, un secteur consultations et formation des patients.
La relocalisation et le regroupement des activités d’hémodialyse et de néphrologie ainsi que leur rapprochement des différents plateaux techniques (laboratoires, plateaux d’imagerie, blocs opératoires) et des autres services cliniques (urologie et chirurgie digestive pour les greffes rénales notamment) améliorera la qualité des soins et optimisera les ressources. Cette nouvelle organisation garantit aux patients l’accès à toutes les compétences et aux supports techniques nécessaires dans un même espace-temps.
Une équipe de 80 personnes au service des malades rénaux : 7 médecins, 2 cadres de santé, 40 infirmier(e)s (IDE), 20 aides-soignant(e)s, 12 agents de services hospitaliers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.