Le nouveau Lariboisière : projet hospitalier majeur au Nord de Paris

Présenté aux riverains le 23 mars 2017, ce "projet hospitalier majeur" tel que le qualifie l'AP-HP regroupera toutes les activités d’hospitalisation et médico-techniques aujourd’hui dispersées sur le site, au sein de bâtiments qui ne sont plus ni fonctionnels, ni techniquement adaptés. Cette opération de restructuration et de modernisation représente un investissement total de 315 M€. Le Nouveau Lariboisière abritera 489 lits, dont 73 lits de soins critiques. Le programme répondra aux enjeux des prises en charges de demain avec notamment le développement de l’ambulatoire. A ce titre il prévoit une réduction des capacités d'hospitalisation traditionnelle de 20% et une augmentation des places de jour de 23 %.
Présenté aux riverains le 23 mars 2017, ce "projet hospitalier majeur" tel que le qualifie l’AP-HP regroupera toutes les activités d’hospitalisation et médico-techniques aujourd’hui dispersées sur le site, au sein de bâtiments qui ne sont plus ni fonctionnels, ni techniquement adaptés. Cette opération de restructuration et de modernisation représente un investissement total de 315 M€. Le Nouveau Lariboisière abritera 489 lits, dont 73 lits de soins critiques. Le programme répondra aux enjeux des prises en charges de demain avec notamment le développement de l’ambulatoire. A ce titre il prévoit une réduction des capacités d’hospitalisation traditionnelle de 20% et une augmentation des places de jour de 23 %
La première phaseprévoit la reconstruction du bâtiment Morax, la réhabilitation des peignes historiques de la frange Est, la construction du bâtiment Nouveau Lariboisière, noyau dur comprenant la maternité et les différents services d’hospitalisation conventionnelle, 17 salles du bloc opératoire, les urgences et l’imagerie. La maternité qui réalise aujourd’hui 2 700 accouchements a été dimensionnée pour en accueillir 3 200. Les urgences, générales et spécialisées, auront une capacité d’accueil de 140 000 personnes par an, contre 100 000 aujourd’hui.
Suivront la rénovation en profondeur du bâtiment Galien qui accueillera l’essentiel des activités de Fernand Widal et la réhabilitation du reste des peignes. Les bâtiments historiques seront en effet préservés et réhabilités pour accueillir des activités ambulatoires, de recherche ou tertiaires.
Le projet architectural, satisfait aux exigences d’une médecine moderne. Ouvert sur la ville. le site prolonge l’espace urbain, en rupture avec les imposants murs d’enceinte actuels. Les patients disposeront  de meilleures conditions de confort avec des locaux modernes, fonctionnels et lumineux. Les chambres seront individuelles et  disposeront d’une salle de bains particulière. L’ensemble se veut apaisant notamment grâce aux nouvelles perspectives, aux espaces paysagers et au traitement de la lumière. 
Avec le projet Nouveau Lariboisière, comme avec la construction du Campus hospitalo-universitaire Grand Paris Nord à Saint-Ouen, l’AP-HP souhaite rééquilibrer et moderniser l’offre de soins hospitalo-universitaire au bénéfice des parisiens et des franciliens du nord de la capitale. L’enjeu est également de renforcer la complémentarité et la coordination entre les sites du nord parisien dans un projet médical d’ensemble. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.