Le nouveau visage du CHU de Saint-Etienne

Pour un service public de qualité et de haute technicité, l'hôpital universitaire stéphanois se regroupe et se modernise.

Pour mieux répondre aux besoins de la population, le Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne a défini depuis 2000 un vaste plan de modernisation dans le cadre de son projet d’établissement 2001-2006. Dès 2007, les activités de Médecine, Chirurgie et Urgences seront ainsi regroupées à l’Hôpital Nord dans de nouvelles installations et plusieurs infrastructures existantes sur ce site seront également entièrement rénovées. A terme, d’autres implantations sont prévues dans les domaines de l’enseignement et de la recherche – en partenariat avec l’Université et les grandes écoles stéphanoises (ex : École Nationale des Mines de Saint-Etienne) constituant un véritable pôle santé sur le campus hospitalo-universitaire Nord.
Loin d’être un simple projet architectural, il s’agit d’une véritable stratégie de soins, d’enseignement et de recherche qui se met ainsi en oeuvre au service des patients.

Le nouvel Hôpital Nord
En 2007, le CHU–Hôpital Nord sera un ensemble de 10 bâtiments de soins homogènes (80 000 m² de bâtiments neufs), articulés autour d’un plateau technique pour une meilleure qualité et une plus grande sécurité des soins.

Cinq entrées distinctes sont prévues
– les trois actuelles : l’urgence Mère-Enfant, l’entrée principale et l’entrée Mère-Enfant,
et deux nouveaux accès :
– une entrée Urgences adultes,
– et une entrée pour le nouvel ensemble Chirurgie et Médecine.

Bien évidemment une signalétique adaptée sera mise en place pour guider les usagers.
La disposition des futurs bâtiments a été définie précisément en fonction du parcours du patient.

Ainsi, le plateau technique (blocs opératoires, imagerie, stérilisation) est situé au centre de gravité des services actuels et futurs. Les zones de consultation, regroupées sur deux étages, de part et d’autres d’un accueil principal, sont à proximité de leur secteur d’hospitalisation. L’architecture a permis de séparer la circulation des consultants-visiteurs des patients hospitalisés.

Et le site de Bellevue ?
Le CHU–Hôpital Bellevue n’est pas en reste et sera d’ailleurs un axe prioritaire du prochain projet d’établissement couvrant les années 2007-2012.
Seront maintenus à Bellevue les activités de Psychiatrie, la Médecine Physique et de Réadaptation, la Médecine du Sport, une activité de consultation de type policlinique / dispensaire en lien avec la ville ainsi que les instituts de formation.

Un ensemble gériatrique y sera construit dans un site paysager et à proximité du centre-ville. Cet ensemble regroupera les unités de gériatrie de l’Hôpital la Charité, de l’Hôpital Saint-Jean-Bonnefonds et le pavillon Trousseau.

La direction générale et les directions fonctionnelles s’installeront également à Bellevue qui demeurera par conséquent un site important du CHU tant en termes d’activité qu’au regard des effectifs intervenant in situ.
De taille comparable, ces deux entités, Nord et Bellevue, conserveront le même nombre de lits mais proposeront ainsi à l’horizon 2007, une nouvelle répartition des activités plus cohérente pour une prise en charge globale du patient et plus en adéquation avec les besoins du bassin de population.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.