Depuis novembre 2002, le CHU de Reims dispose de blocs opératoires et d'une stérilisation centrale flambant neufs. Leur architecture en demi-cercle répond à un souci de plus grande fonctionnalité.

Depuis novembre 2002, le CHU de Reims dispose de blocs opératoires et d’une stérilisation centrale flambant neufs. Leur architecture en demi-cercle répond à un souci de plus grande fonctionnalité. «Spacieuses et ergonomiques, les salles satisfont les nouvelles normes d’hygiène et de sécurité et les exigences des équipes qui ont participé à leur conception » se réjouit le Pr Clément coordonnateur du service.

Les 11 salles du bloc bénéficient toutes d’un éclairage naturel. Elles respectent le principe d’asepsie progressive. La filtration de l’air est assurée par un plafond soufflant et la climatisation est indépendante par salle.

Le mobilier ergonomique et modulable facilite le bionettoyage en cabine de lavage et l’encombrement au sol a été largement réduit grâce aux bras techniques plafonniers.

« Comme il s’avérait difficile de rénover les anciens bâtiments datant de 1970 sans gêner l’activité médico-chirurgicale, le choix a été fait, en 1998, de construire une nouvelle structure extérieure. Cette option a permis d’éviter toute la phase de transition. » commente le Pr Clément.

Prochaine étape
L’évolution des techniques opératoires et l’augmentation du nombre d’interventions moins lourdes car moins invasives amènent le CHU de Reims à créer une unité de chirurgie ambulatoire. Celle-ci sera située dans les anciens locaux du bloc opératoire qui accueilleront également une salle de surveillance post-interventionnelle. Ce projet débutera en 2003, il intégrera les normes très strictes qui encadrent la pratique de la chirurgie ambulatoire.


Caractéristiques du nouveau bloc opératoire et de la stérilisation centrale

Surface : 3 500m²
Programmation du projet : 1998
Début des travaux : 2000
Ouverture novembre : 2002. La journée portes ouvertes du bloc organisée le 9 novembre 2002 a attiré plus de 1000 visiteurs.
Architectes : Alain Janiaud associé à Philippe Gibert
Travaux : 6,5 milliards ¬
Equipement : 1,3 millions d’euros
Activité opératoire en 2001 : 8 291 interventions

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.