Le nouvel hôpital d’Orléans : 1er hôpital régional certifié HQE

«Je suis fier d'avoir conduit un projet aussi enthousiasmant et novateur que le nouvel hôpital d'Orléans.» annonce en souriant Jean-Pierre Gusching, directeur général du Centre Hospitalier Régional d'Orléans. D'ailleurs les superlatifs ne manquent pas pour qualifier l'impressionnant édifice qui s'étendra sur 205 000 m² : plus ambitieux projet Haute Qualité Environnemental (HQE), plus important investissement hospitalier de France, assurément une des plus belles vitrines de l'architecture hospitalière contemporaine ! «L'aboutissement de 7 années de travail et de plusieurs centaines de réunions» rappelle le responsable. Inscrit dès sa conception dans une démarche environnementale, le nouvel édifice est en passe d'être le premier hôpital certifié HQE hors sites pilotes . Pour les non initiés, cela signifie que les bâtiments respectent les 14 cibles imposées par le référentiel de certification HQE-bâtiments de santé.

«Je suis fier d’avoir conduit un projet aussi enthousiasmant et novateur que le nouvel hôpital d’Orléans.» annonce en souriant Jean-Pierre Gusching, directeur général du Centre Hospitalier Régional d’Orléans. D’ailleurs les superlatifs ne manquent pas pour qualifier l’impressionnant édifice qui s’étendra sur 205 000 m² : plus ambitieux projet Haute Qualité Environnemental (HQE), plus important investissement hospitalier de France, assurément une des plus belles vitrines de l’architecture hospitalière contemporaine !


Cliquer pour agrandir l’image

«L’aboutissement de 7 années de travail et de plusieurs centaines de réunions» rappelle le responsable. Inscrit dès sa conception dans une démarche environnementale, le nouvel édifice est en passe d’être le premier hôpital certifié HQE hors sites pilotes . Pour les non initiés, cela signifie que les bâtiments respectent les 14 cibles imposées par le référentiel de certification HQE-bâtiments de santé.

« Malgré l’avancement des études, nous avons pu prendre le train de la certification H.Q.E. en marche, avec comme cibles prioritaires la relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement, la gestion de l’énergie, la gestion des déchets, la maintenance et la qualité sanitaire de l’eau. Pour la gestion de l’eau, le confort hygrothermique ou la qualité sanitaire de l’air, notre dossier serait même plus performant que les objectifs affichés » se félicite le maître d’ouvrage. Cet engagement n’était pas facile à tenir car il entraîne un surcoût de 3 % sur un budget de 600 millions d’euros. « J’ai soutenu cette démarche par conviction personnelle et dans le souci d’apporter un plus aux patients. Heureusement, je n’étais pas seul, le personnel s’est largement mobilisé de même que Serge Grouard, maire d’Orléans pour qui le développement durable est l’enjeu majeur du XXIème siècle»

Aujourd’hui tous les financements sont réunis. Et le résultat est là ! Les plans révèlent la qualité de l’intégration des bâtiments dans un environnement paysager. Comme prévu, la première pierre sera posée dès novembre 2009 – peut-être en présence de trois ministres de la santé : Madame Bachelot, Monsieur Bertrand et Monsieur Mattéi – les responsables croisent les doigts.

Autre sujet de satisfaction : le projet a suscité l’intérêt des entreprises et tous les appels d’offres ont été fructueux dès le premier tour. Conséquence heureuse de la crise, la concurrence a joué à plein et l’enveloppe budgétaire sera respectée. Au final, Jean-Pierre Gusching ne remarque qu’une ombre sur ces esquisses : il ne suivra pas la progression du chantier car il a fait valoir ses droits à la retraite et quittera l’établissement en février 2010

Un hôpital conçu selon les principes d’une architecture bioclimatique, écologique et économique
Avec pour priorités la relation harmonieuse avec les riverains et l’environnement immédiat, la gestion de l’énergie (objectif de réduction de 20 % par rapport à la RT2005), l’entretien et la maintenance, le C.H.R. d’Orléans s’est engagé à aller bien au-delà des obligations réglementaires. Malgré les incidences financières et le risque calendaire, le C.H.R. d’Orléans a engagé la démarche de certification. Il a également demandé le droit d’usage de la marque NF associée à la démarche H.Q.E.® ainsi que l’attribution du label « T.H.P.E. » (très haute performance énergétique). L’audit des phases « programme » et « conception » missionné par CERTIVEA sur le système de management de l’opération et la qualité environnementale du bâtiment s’est tenu du 15 au 17 septembre 2009. Il a confirmé la faisabilité de la certification H.Q.E., le projet s’avérant même plus performant que les objectifs annoncés.

L’économie d’énergie : une priorité
Compte tenu des besoins très importants en chauffage, climatisation et ventilation, la gestion éco-responsable des énergies s’est imposée comme une priorité.

Les règles de l’architecture bioclimatique ont été respectées : énergie solaire passive, brise-soleils, orientation par rapport au soleil et à l’exposition aux vents. L’isolation thermique extérieure, supérieure aux exigences réglementaires (performance RT 2005 + 20 %), limite la déperdition d’énergie des parois à 33,4kWh/m²/an (contre 134 kWh/m²/an pour le bâtiment existant). Autre nouveauté : la généralisation et la centralisation des systèmes de programmation de gestion technique du bâtiment qui optimiseront les consommations.

Le recours aux énergies nouvelles a été rendu possible grâce au raccordement au réseau de chauffage urbain. Le concessionnaire s’est engagé à utiliser au moins 50 % de biomasse en privilégiant la chaufferie bois. Autres sources de calories retenues : la géothermie profonde avec un projet de forage de 2,2km et l’énergie solaire qui couvriront une grande partie des besoins de production d’eau chaude sanitaire.

Les équipements ont été sélectionnés pour leur rendement énergétique: poutres froides, double vitrage sous gaz argon et 3e vitrage respirant avec store intégré. L’installation de pompes à chaleur chaud/froid permettra de récupérer 100 % des besoins en demi-saison et 50 % en hiver r sur la production d’eau. Quant au système d’éclairage par diode électroluminescente, il sera doté de dispositifs de commande afin de réduire les durées d’éclairage de certains locaux (détection de présence, détection de luminosité, gestion technique du bâtiment)

Exemples d’aménagements et d’adaptations induits par la démarche HQE.


Cliquer pour agrandir l’image

Présentation générale du nouvel hôpital d’Orléans
L’établissement ouvrira ses portes en 2015. Il regroupera sur un site unique l’ensemble des activités de court et de moyen séjour de l’établissement, actuellement éclatées sur 3 sites : l’hôpital Porte Madeleine (354 lits et places en médecine, pédiatrie et gynécologie-obstétrique), l’hôpital de La Source (584 lits et places en médecine et chirurgie) et le centre gériatrique de Saran (58 lits de S.S.R.).

Conçu sur la base d’un projet médical à long terme, le nouvel hôpital d’Orléans disposera d’une capacité d’accueil supérieure de 30 % afin de mieux répondre aux besoins de santé mais aussi d’anticiper la croissance démographique du Loiret (projection INSEE + 30 % en 25 ans) et le vieillissement de la population

Le Nouvel Hôpital d’Orléans est le premier projet conçu selon les principes de la nouvelle gouvernance hospitalière, avec une organisation en 8 pôles médicaux et médico-techniques : Chirurgie / Métiers de l’urgence / Femme-enfant / Médecines interventionnelles / Médecines à fortes consultations / Bio-pathologies / Imagerie / Pôle d’Appui à la Qualité des Soins. Les locaux standardisés sont modulables et flexibles pour répondre à l’évolution constante de la médecine et de la demande de soins.

Le bâtiment s’organise verticalement par pôle médical et horizontalement par typologie d’activité : hospitalisation conventionnelle dans les niveaux supérieurs / hôpitaux de jour au 1er étage / consultations au rez-de-chaussée. Des liaisons horizontales relient chacun des pôles et niveaux entre eux. Cette organisation, couplée à la professionnalisation des fonctions hôtelières et la mise en place du chariot de soins individualisés, permettra de recentrer les infirmières et les aides-soignantes sur leur coeur de métier. A la clé : une optimisation de leur temps de présence auprès du patient avec un ratio moyen d’une infirmière et une aide soignante par module de 12 lits.

Fiche technique
Implantation : site de la Source, à 10 km du centre-ville d’Orléans
Architectes : Cabinet Groupe 6, associé aux bureaux d’études ADRET (management environnemental), OGER international (structure, Cfa, VRD) et COTEBA (CVC, Cfo, TAL)
Bureau d’étude spécialisé HQE : INDDIGO
Conducteur d’opération : ICADE G3A
OPC : CEROC
SYNTHESE : IOSIS
Coût total de l’opération, toutes dépenses confondues : 680 millions d’euros (hors frais financiers et opérations préalables) dont 65 millions € pour l’équipement.
Financements : 1/3 sur fonds propres, 2/3 par emprunt
Superficie : 205 000 m² SHON (dont 30 000 m² de parkings en silo) sur un terrain de 33 ha.
Lits et places : 1 304 (dont 1 045 lits de M.C.O., 139 places d’ambulatoire et 120 lits de S.S.R.). 80% des chambres seront individuelles (contre 20% aujourd’hui) et toutes seront accessibles aux personnes handicapées
2 500 places de stationnement sur site à terme (dont 2/3 en parking silo)
5 mois de préparation du chantier qui emploiera plus de 1 000 personnes en pleine période d’activité.

Plateau technique
4 scanners,
3 IRM,
3 accélérateurs de particules dont deux neufs. Le denier a été installé sur le site du futur hôpital en mai 2009. L’arrivée de cet équipement conforte la bonne position du CHR en matière de cancer du sein (31ème au classement du Point)
2 TEP scan,
3 gamma-caméras,
22 salles de bloc opératoire,
2 salles de radiologie interventionnelle,
8 salles de naissance,
6 laboratoires spécialisés

Calendrier
Juin 2008 : délivrance du permis de construire pour la construction du nouvel hôpital d’Orléans
Décembre 2008 : remise du dossier PROJET et délivrance du Permis de construire modificatif
Juillet 2009 : remise des offres travaux pour la construction du nouvel hôpital d’Orléans
Novembre 2009 : notification des marchés et pose de la 1ère pierre
Novembre 2012 : ouverture anticipée du S.S.R., des crèches et de l’internat
Novembre 2014 : fin des travaux du nouvel hôpital
2015 – 2016 : déconstruction de l’hôpital actuel après transferts des services

Pour tout renseignement complémentaire s’adresser à
Artus PATY
Directeur du projet Nouvel Hôpital
CHR d’Orléans
02.38.74.44.65

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.