Le Nouvel Hôpital d’Orléans

Un hôpital entièrement neuf de 1 184 lits et places sur 161 000 m² s'élèvera sur le site de la Source, à 10 km du centre-ville. Il regroupera l'ensemble des équipes hospitalières autour d'un plateau technique ultra-moderne. Objectifs : améliorer la qualité de prise en charge et le confort des patients (80% des chambres seront à un lit) et s'adapter à la modernisation permanente de la médecine.

Un hôpital entièrement neuf de 1 184 lits et places sur 161 000 m² s’élèvera sur le site de la Source, à 10 km du centre-ville. Il regroupera l’ensemble des équipes hospitalières autour d’un plateau technique ultra-moderne. Objectifs : améliorer la qualité de prise en charge et le confort des patients (80% des chambres seront à un lit) et s’adapter à la modernisation permanente de la médecine.

L’établissement ouvrira ses portes en 2014. Il remplacera les deux principaux hôpitaux du CHR d’Orléans, celui de la Porte Madeleine d’une capacité de 336 lits et places et celui de La Source comprenant 583 lits et places.

Implantée sur un territoire jeune où s’étendent les premières terrasses de la Sologne, l’impressionnante construction marquera la porte d’entrée Sud de l’agglomération orléanaise. Ouvert sur la ville proche à laquelle il est relié par le boulevard de l’hôpital et le tramway, le nouvel édifice satisfait un double impératif : la lisibilité de l’espace pour les malades, leurs visiteurs, le personnel soignant et l’intégration harmonieuse dans un environnement naturel et urbain.


La « rotule » ou « l’oeuf », à l’Ouest, constitue la charnière du bâtiment. Elle héberge l’accueil général public du bâtiment, au rez-de-chaussée, ainsi que la maternité et les services de gynécologie et de pédiatrie dans les étages supérieurs.


Le hall d’accueil largement ouvert sur l’abord paysager

Le hall d’accueil général : au coeur des pôles
Centre de gravité de la composition, le hall sera le point convergence des différents moyens de transports. Il sera accessible depuis la gare terminus du tramway actuel et probablement depuis la nouvelle station de tramway envisagée au Sud du site. Le personnel pourra également le rejoindre depuis les parkings réservés, en longeant le jardin intérieur traité comme un grand verger. L’entrée principale sera aussi reliée au grand parking visiteurs (800 places) construit sur deux niveaux le long de l’avenue de l’hôpital, sous les pôles médecine et chirurgie.

Proximité, centralité et compacité, les activités médicales seront structurées en 8 pôles
Chirurgie et anesthésie-réanimation adulte, Métiers de l’urgence, Biopathologies, Femme et enfant, Médecines interventionnelles, Médecines à fortes consultations, Pôle d’Appui à la Qualité des Soins (Pharmacie-Hygiène hospitalière – Sécurité transfusionnelle – Hémovigilance-DIM-qualité) et imagerie.

Chaque pôle s’ordonne en hauteur : hébergement aux niveaux 2/3/4, hôpitaux de jour au niveau 1 et consultations externes – accueil – admissions au rez haut. Des liaisons horizontales relient chacun des niveaux entre eux. Cette organisation recentrera les infirmières et aides-soignantes sur leur coeur de métier : le soin. A la clé : une optimisation de leur temps de présence auprès du patient avec un ratio d’une infirmière et une aide soignante pour 12 lits.

Le projet logistique au service de la qualité
Le projet logistique s’appuie sur 4 piliers fondamentaux : la création d’une plate-forme logistique centralisée, la gestion en flux tendus des approvisionnements vers les pôles médicaux afin de supprimer les stocks décentralisés, les transports automatisés pour les charges lourdes et de pneumatique pour les charges légères et la création d’un système d’information logistique.
Autant de mesures qui vont simplifier les conditions de travail des soignants en leur évitant nombre de déplacements ou de manutentions pénibles. De plus, en mutualisant des prestations telles que le biomédical, l’hôtellerie, le bio-nettoyage et le brancardage la nouvelle organisation génèrera des économies.

L’environnement au coeur du projet
Le CHR d’Orléans a souhaité inscrire le projet Nouvel Hôpital dans la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE)*. Avec pour priorités la relation harmonieuse avec l’environnement immédiat, la gestion de l’énergie (objectif de réduction de 25% supérieur aux obligations réglementaires) et l’entretien et la maintenance, le CHR d’Orléans s’engage à aller bien au-delà des obligations réglementaires.

Le nouvel hôpital d’Orléans : repères

Architectes : Cabinet Groupe 6

Coût total de l’opération, toutes dépenses confondues : 487 millions d’euros en valeur finale estimée 2014, y compris l’opération Parking silo 2. Cette estimation comporte une enveloppe déconstruction de l’Hôpital actuel à hauteur de 12 millions d’euros.
Prix au mètre carré : près de 1 900 euros, toutes dépenses confondues.

Superficie : 161 000 m² dont 143 000 m2 en bâtiment neuf et 11 000 m² en bâtiment restructuré sur un terrain de 33 ha.

80% de chambres à 1 lit


Parking Silo 2 : un parking neuf de 7 000 m²

Calendrier
Février 2008 : évaluation des prestations et lots techniques par les personnes compétentes de l’établissement, circulation de 760 copies de plans parmi les divers services pour recueillir remarques et corrections éventuelles
Fin février 2008 : établissement du rapport de validation de l’Avant-projet définitif
Juin 2008 : livraison de l’hélistation provisoire
Mai 2009 : mise en service du parking silo 2 et des bâtiments dédiés au SAMU/SMUR/CESU/EFS
Mai 2009 – fin 2013 : construction du Nouvel Hôpital d’Orléans
2014 : Ouverture du Nouvel Hôpital d’Orléans

*Définition de Haute Qualité environnementale : La qualité environnementale d’un bâtiment correspond aux caractéristiques de celui-ci, de ses équipements et du reste de la parcelle, qui lui confèrent une aptitude à satisfaire les besoins de maîtrise des impacts sur l’environnement extérieur et la création d’un environnement sain et confortable.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.