Angers : le nouvel Hôtel-Dieu Nord ouvre ses portes

Refait à neuf dans le respect du patrimoine, l'Hôtel-Dieu Nord d'Angers affiche son nouveau visage avec une capacité d'accueil étendue à 106 lits et 34 places et des effectifs renforcés à près de 360 professionnels dont une quarantaine de médecins. Pour un coût de 34 M€.
Refait à neuf dans le respect du patrimoine, l’Hôtel-Dieu Nord d’Angers affiche son nouveau visage avec une capacité d’accueil étendue à 106 lits et 34 places et des effectifs renforcés à près de 360 professionnels dont une quarantaine de médecins. Pour un coût de 34 M€. 
Au terme de trois années de travaux, le défi est relevé. Trois services médicaux, le service d’endocrinologie, diabétologie et nutrition, celui de médecine interne et maladies vasculaires, et enfin le service de maladies du sang ont investi, au cours de l’été, cet édifice entièrement reconstruit et agrandi. Ils sont aujourd’hui installés dans un bâtiment conçu pour répondre à leurs spécificités de prise en charge et à l’évolution de leurs activités. Concrétisation d’un projet orchestré par le CHU d’Angers avec le cabinet d’architecture nantais GPAA et dont le coût total s’élève à 34 millions d’euros.
Une intégration architecturale réussie
L’installation dans le nouvel Hôtel-Dieu Nord a également été l’occasion de réorganiser les capacités d’hospitalisation. Les infrastructures du bâtiment permettent de privilégier les hospitalisations plus courtes tout en respectant la qualité d’accueil des hospitalisations conventionnelles. 
Défi patrimonial relevé également. La Tour des Anglais en bord de Maine et à quelques centaines de mètres du CHU d’Angers, l’ancienne chapelle Sainte-Marie à proximité immédiate ont guidé le projet vers une conservation, réussie, des façades.
Au total, l’ouvrage aura nécessité 300 000 heures de travail dont 16 000 effectuées par des personnes en insertion. Une marque d’engagement pour le territoire…
Création de postes, augmentation des places et des lits
Important de par son positionnement au cœur du CHU, le nouvel Hôtel-Dieu Nord l’est également par ses dimensions hospitalières et architecturales. Chaque année, 15 000 patients sont accueillis par les trois services concernés. 
La réorganisation des lits et des places du nouvel Hôtel-Dieu Nord se poursuit par étape. Cette programmation sera finalisée début 2017, pour atteindre un total de 106 lits (hospitalisations complète ou de semaine) et 34 places (hospitalisation de jour) dont 12 de créées.
Un renforcement des effectifs accompagne cette réorganisation. Ainsi, en janvier 2017, alors que les derniers lits de soins palliatifs seront ouverts, près de 360 professionnels travailleront dans le nouvel Hôtel-Dieu Nord : près de 300 professionnels non médicaux (dont 23,5 postes* créés), 36 médecins (dont 3 postes créés*) accompagnés de médecins vacataires et 19 internes (dont 2 postes créés*).
*équivalent temps plein

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.