Le parc d’imagerie de Lyon renouvelé au 2/3 en 3 ans!

Résultat probant d’un partenariat inédit ! Les Hospices Civils de Lyon dressent un bilan positif de la gestion optimisée de leur parc d’imagerie. Cet accord noué en 2016 avec Philips à l’issue d’un dialogue compétitif porte sur le renouvellement de 76 équipements et concerne l’ensemble du parc d’imagerie et de médecine nucléaire des HCL. D’un montant de près de 70 millions d’euros sur 12 ans, le contrat est fondé sur le partage des risques technologiques, financiers et opérationnels.

Résultat probant d’un partenariat inédit ! Les Hospices Civils de Lyon dressent un bilan positif de la gestion optimisée de leur parc d’imagerie. Cet accord noué en 2016 avec Philips à l’issue d’un dialogue compétitif porte sur le renouvellement de 76 équipements et concerne l’ensemble du parc d’imagerie et de médecine nucléaire des HCL. D’un montant de près de 70 millions d’euros sur 12 ans, le contrat est fondé sur le partage des risques technologiques, financiers et opérationnels.
La Gestion Optimisée du Parc d’Imagerie (GOPI) : un partenariat à haute valeur ajoutée. Parmi les principaux points positifs, les HCL retiennent
– le renouvellement de 65% du parc d’imagerie
– La durée de vie inférieure à 7 ans de la majorité des machines installées ce qui est inédit pour un CHU où la plupart des équipements ont en moyenne une durée de vie supérieure.
– La simplification de la gestion des pannes grâce à un centre d’appel qui permet aux techniciens et manipulateurs en radiologie d’obtenir une réponse rapide et ainsi accélérer la reprise de l’activité de l’équipement.
– Le lancement de 17 programmes de recherche, dont un en cours de publication centré sur l’intelligence artificielle en oncologie
– Une meilleure maîtrise des dépenses et une augmentation des recettes de l’ordre de 10 à 15% à périmètre équivalent
GOPI garantit aux patients des diagnostics de grande fiabilité. « C’est le cas par exemple avec le scanner IQon qui permet une détection précoce et plus précise des maladies neuro et cardio-vasculaires au moyen d’une reconstruction spectrale. Il est aussi moins invasif grâce à une diminution des doses d’irradiation et de produit injecté. » explique le Professeur Philippe DOUEK, radiologue et responsable médical du PAM d’imagerie aux Hospices Civils de Lyon.
L’enjeu managérial
Dans une institution comme les HCL comptant près de 23 000 collaborateurs, de nouveaux métiers ou de nouvelles compétences ont dû émerger tels que les contract managers ou les référent médicaux et paramédicaux par modalités. Une co-gestion a été mise en place avec les radiologues qui intègre des paramètres comme le cycle de vie des équipements et aussi le processus de décision et les arbitrages proposés à la Direction Générale. « Cette expérience managériale est un des acquis indirects du projet » témoigne Jean-François CROS, directeur des plateaux médico-techniques des Hospices Civils de Lyon.
 Des programmes de recherche
Le partenariat GOPI va au-delà de la simple fourniture d’équipements, il est aussi un accélérateur de projets de recherche en imagerie médicale dans divers domaines tels que l’imagerie oncologique, l’imagerie neurologique et l’imagerie cardiovasculaire et métabolique.
17 projets de recherche sont en cours aux HCL. Un des projets est actuellement en phase de publication. Il concerne la segmentation automatique des tumeurs du foie grâce à l’intelligence artificielle et est mené par le Professeur Pierre-Jean VALETTE, hôpital Edouard Herriot-HCL. Le principe est d’entraîner un algorithme d’intelligence artificielle à mesurer et à détecter seul, à partir d’images de scanner, l’évolution du volume des tumeurs du foie. Cette approche permet d’assurer des mesures de tumeurs plus fiables, et de proposer au patient un meilleur diagnostic, une prise en charge optimale et un traitement personnalisé.
Pour mener à bien ce projet, les équipes des HCL utilisent la plateforme d’intelligence artificielle Intellispace Discovery, développée par Philips. Elle permet de partager et de tester les algorithmes créés. L’ équipe de chercheurs du centre d’expertise d’intelligence artificielle francilien de Philips apporte aussi son soutien aux travaux des scientifiques 
Avec GOPI, Lyon a peut-être réussi à résoudre la complexe équation d’exigence de soins de qualité, de maîtrise ses dépenses et de financement de l’innovation
Sur le même sujet
Imagerie : contrat global pour optimiser la gestion du parc – 60M€ sur 12 ans

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.