Le petit Manil hospitalisé à Lyon

Arrivé d’Algérie, le petit Manil a été accueilli ce midi à l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique* de Lyon où il est pris en charge dans l’unité protégée dirigée par le Pr Yves Bertrand. La priorité de l’équipe médicale est avant tout de dresser un bilan complet de l’état de santé de l’enfant

Arrivé d’Algérie, le petit Manil a été accueilli ce midi à l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique* de Lyon où il est pris en charge dans l’unité protégée dirigée par le Pr Yves Bertrand.
La priorité de l’équipe médicale est avant tout de dresser un bilan complet de l’état de santé de l’enfant : il va immédiatement démarrer une série d’examens visant à confirmer la compatibilité du donneur et du receveur (groupage HLA) et à évaluer l’état immunitaire et les éventuelles complications infectieuses.
La greffe sera envisagée lorsque tous les résultats des examens seront connus, dans un délai de 2 semaines environ. L’équipe médicale ne souhaite pas s’exprimer avant de disposer des résultats du bilan.
* L’institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique (IHOP) est un établissement géré conjointement par les Hospices Civils de Lyon et le Centre Léon Bérard pour prendre en charge les enfants et les adolescents atteints de maladies hématologiques, de cancers, ou de déficits immunitaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.