Le PixEyes : observer, apprendre et traiter l’oeil

Le PixEyes est un simulateur informatique qui permet de répondre efficacement aux problèmes de formation de l'examen ophtalmologique complet et de la photocoagulation rétinienne au laser. Cet appareil est, depuis quelques semaines, installé au pavillon C de l'Hôpital Edouard Herriot où de nombreux enseignements théoriques et dirigés y sont donnés. Il comprend un poste de travail, un biomicroscope et une lampe à fente virtuelle, un mannequin instrumenté, avec un écran de contrôle et des logiciels adaptés aux différentes applications informatiques.

Le PixEyes est un simulateur informatique qui permet de répondre efficacement aux problèmes de formation de l’examen ophtalmologique complet et de la photocoagulation rétinienne au laser. Cet appareil est , depuis quelques semaines, installé au pavillon C de l’Hôpital Edouard Herriot où de nombreux enseignements théoriques et dirigés y sont donnés. Il comprend un poste de travail, un biomicroscope et une lampe à fente virtuelle, un mannequin instrumenté, avec un écran de contrôle et des logiciels adaptés aux différentes applications informatiques.

Le simulateur ophtalmologique permet également la manipulation réaliste du verre de contact (souvent nécessaire à l’examen de la rétine), la simulation de tous les réglages du laser et de plusieurs interventions laser et donne lieu à un contrôle externe sur écran vidéo, ce qui autorise une surveillance de la simulation informatique. Un effort important a été fait pour donner un aspect  » réel  » aux images du simulateur, et le mannequin virtuel détourne même son regard si la lumière projetée est trop forte !

Le simulateur ophtalmologique constitue un véritable complément de la formation traditionnelle en ophtalmologie, et s’insère dans plusieurs types de programmes pédagogiques destinés aux étudiants, internes en médecine et aux ophtalmologistes en formation. Lyon est une des premières facultés de médecine à être équipée de cet appareil moderne et innovant.

Il leur offre la possibilité d’apprendre les techniques d’examen ophtalmologique et de débuter, sans risque, la chirurgie ophtalmologique pratiquée au laser (glaucome, rétinopathie diabétique ou vasculaire). L’enseignant peut surveiller régulièrement l’apprentissage de son élève et lui donner les conseils adéquats afin d’améliorer son geste chirurgical. Lorsqu’il maîtrise suffisamment son geste, l’élève peut le pratiquer avec plus de sérénité. Sans stress pour lui, mais aussi sans stress pour le patient&

L’apport des simulateurs médicaux
Jusqu’à présent, l’apprentissage de l’examen ophtalmologique et de la chirurgie oculaire se faisait classiquement par la pratique directe sur les patients ou, plus rarement, sur des modèles animaux. Ce principe de formation est actuellement confronté aux évolutions culturelles de notre société. Il est difficile de justifier l’utilisation de modèles animaux pour l’enseignement et les patients acceptent de moins en moins d’être opérés par des praticiens en formation.

Le développement de simulateurs médicaux, dont la mise au point dérive des progrès faits dans l’enseignement aéronautique, place l’élève dans des conditions proches de la réalité clinique et lui permet:

– de simuler les conséquences d’un geste sans mettre en jeu l’intégrité du patient,
– de proposer des situations pathologiques diverses grâce à une banque d’images,
– d’augmenter le nombre d’interventions pratiquées par un étudiant lors de sa formation,
– de réduire le coût et le temps de sa formation.

Comment examine t-on vos yeux ?
L’examen ophtalmologique est réalisé grâce à une lampe à fente, une sorte de microscope qui émet un faisceau lumineux, pour observer l’intérieur de vos yeux. Base de tout examen ophtalmologique, la lampe à fente permet d’observer avec un grossissement suffisant la partie antérieure de l’oeil (paupières, cornée, cristallin) et sa partie postérieure (rétine et vitré) grâce à l’interposition d’une lentille de contact munie de trois miroirs.

L’ophtalmologiste mesure aussi la pression oculaire en appliquant un instrument en plastique à la surface de l’oeil temporairement anesthésié par une goutte de collyre. La pression oculaire peut également être mesurée sans contact direct avec l’oeil grâce à l’utilisation d’un tonomètre à air pulsé. Enfin, le fond d’oeil complète l’examen, ce qui permet une analyse soigneuse du nerf optique et de la rétine. Il est souvent nécessaire de dilater les pupilles pour mieux voir le fond d’oeil, ce qui provoque une vision brouillée pendant plusieurs heures.

L’examen ophtalmologique
L’examen ophtalmologique permet le diagnostic de toutes les affections oculaires : cataracte, glaucome, maladies de la cornée. Ces maladies oculaires sont fréquentes et peuvent être guéries ou stabilisées à condition qu’un examen ophtalmologique soigneux les dépistent suffisamment tôt.
Le fond d’oeil rend accessible plusieurs structures qui peuvent être traitées par photocoagulation au laser: trabéculum dans le traitement des glaucomes, rétine dans la prévention et le traitement des décollements de rétine ainsi que de plusieurs rétinopathies congénitales ou acquises (diabète, occlusions vasculaires rétiniennes, drépanocytose, mélanomes malins de la choroïde).

Pr. Philippe DENIS – Service d’Ophtalmologie (Pavillon C) – Hôpital Edouard Herriot, Lyon

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.