Le plus jeune CHU de France fête ses 4 ans

Issu du rapprochement entre le CHU Félix Guyon et le CHU Sud Réunion, le CHU de la Réunion a été fondé le 29 février 2012 par convention avec l’UFR Santé de l’île. 30ème né des hôpitaux universitaires de France, le CHU de la Réunion est le 15ème établissement en termes d'activité. En ce début 2016, la célébration de son quatrième anniversaire lui offre l’occasion de marquer une pause et d’apprécier le chemin parcouru. C’est aussi le moment de tracer les perspectives d'avenir...
Issu du rapprochement entre le CHU Félix Guyon et le CHU Sud Réunion, le CHU de la Réunion a été fondé le 29 février 2012 par convention avec l’UFR Santé de l’île. 30ème né des hôpitaux universitaires de France, le CHU de la Réunion est le 15ème établissement en termes d’activité. En ce début 2016, la célébration de son quatrième anniversaire lui offre l’occasion de marquer une pause et d’apprécier le chemin parcouru. C’est aussi le moment de tracer les perspectives d’avenir au service de la santé des habitants de cette région d’outre-mer et de rappeler les nombreux partenariats noués localement et avec les institutions sanitaires des îles de Mayotte, de Madagascar, de Maurice, des Seychelles, des Comores et du Mozambique. Dans cette partie du globe, le CHU de la Réunion fait rayonner l’excellence française en santé.
En quatre ans, près d’une centaine de nouvelles activités de soins de proximité et de recours ont été déployées.  Sur le CHU Félix Guyon, les principales évolutions concernent l’augmentation des plages du bloc opératoire, le développement de l’Unité de Chirurgie Ambulatoire et du secteur endoscopies, la mise à niveau des effectifs en néonatologie… Au CHU Sud, on retiendra la restructuration des pavillons de médecine, la consolidation des moyens du service d’ophtalmologie, l’extension du court séjour addictologique pour les sevrages complexes à Saint-Louis, la finalisation du projet médical de l’hôpital du Tampon, le renforcement de la radiothérapie (certification ISIO 2009). Cette dynamique a permis la création de 432 postes équivalents temps plein et l’ouverture de 1 437 mises en stage. Dans le même temps les emplois de contractuels ont diminué de 28 à 24%.
Le CHU a développé des coopérations avec l’ensemble des acteurs de l’offre de soins, publics et privés, hospitaliers et libéraux. En 2015, le CHU a notamment signé une convention avec le groupe Clinifutur dans le domaine des soins en cancérologie, et particulièrement dans le domaine de la radiothérapie / curiethérapie et une autre avec l’AURAR pour la mise en place de la dialyse péritonéale pédiatrique.
Au-delà et dans la perspective de la création d’un Groupement Hospitalier de Territoire Océan Indien, une démarche de performance commune à l’ensemble des établissements de La Réunion et Mayotte se met en place avec le CHU La Réunion, le Centre hospitalier Gabriel Martin & EPSMR, le GHER et le Centre hospitalier de Mayotte.
Le nouveau visage du CHU de la Réunion
D’importants investissements sont programmés jusqu’à 2020 pour un montant de 400 M€. Parmi les principaux chantiers on citera la restructuration du bâtiment principal de l’hôpital de Saint-Pierre où 80 % des chambres seront individuelles, contre 37 % actuellement. Au total, l’opération porte sur 17 400 m2 de surfaces neuves et 16 700 m2 de surfaces rénovées, pour 490 lits et places concernés.
Une nouvelle offre de soins sera déployée à l’hôpital du Tampon notamment en Gériatrie et la Médecine Physique et Réadaptation (MPR) pour un montant de 14 millions d’euros. Le calendrier des travaux prévoit aussi l’humanisation des pavillons du CHU Sud.
Enfin, l’opération emblématique est la construction du Bâtiment soins critiques au CHU Félix Guyon. Le nouveau bâtiment regroupera toutes les structures de soins critiques (réanimation, et soins intensifs notamment) sur un même lieu afin d’optimiser et d’étendre les capacités. Ce projet pallie le manque d’une dizaine de lits de réanimation et d’une quinzaine de lits de surveillance continue sur l’île ; ces besoins ont été identifiés dans le Schéma régional d’organisation des soins.
Le nouveau site abritera les 30 lits de réanimation du nord-est de l’île et 16 lits de surveillance continue, les 12 lits de réanimation de chirurgie cardiaque et thoracique du département, le service des grands brûlés de la zone océan Indien qui comptera 4 lits de réanimation et une unité de 6 lits de surveillance continue.
Il réunira également les laboratoires de Félix Guyon afin de faciliter la démarche d’accréditation de ces unités. Le centre abritera aussi la plateforme commune de régulation des appels de secours : centre 15 (SAMU) – centre 18 (SDIS). La livraison du chantier est prévue fin 2017.
Le financement de ces travaux est soutenu par l’Agence de santé Océan Indien et par l’Agence française de développement (AFD) et de la Caisse des dépôts et consignations (CDC).
Le CHU a également investi la recherche et l’enseignement avec la création de postes de personnels hospitalo-universitaires. Huit professeurs des universités-praticiens hospitaliers (PU-PH) et un maître de conférences des universités-praticien hospitalier (MCU-PH) ont enrichi la communauté médicale de l’établissement et l’effectif de l’UFR Santé. En 2016, quatre nouveaux professeurs de médecine vont renforcer cette équipe. Et deux postes de chefs de clinique des universités-assistants des hôpitaux (CCA-HU) ont été ouverts. Cet effort est activement soutenu par la Région Réunion qui finance, au niveau local, deux postes de chefs de clinique hospitalo-universitaires régionaux.
Le CHU compte aussi deux Unités mixtes de recherche labellisées… 
L’Unité Mixte de Recherche Diabète athérothrombose Thérapies Réunion Océan Indien (DéTROI Université de La Réunion – INSERM 1188) créée en 2015, elle est centrée sur l’athérothrombose, le rôle de ses facteurs de risques tels que le diabète et l’hyperglycémie, et de ses conséquences, notamment dans le domaine neurovasculaire. 
L’Unité Mixte de Recherche Processus Infectieux en Milieu Insulaire Tropical (PIMIT, Université de La Réunion – INSERM 1187 – CNRS 9192 – IRD 249), créée en 2015, elle résulte d’activités de recherche se développant depuis 2006 dans le domaine des maladies infectieuses. PIMIT a pour objectif l’étude des maladies infectieuses en zones tropicales, l’étude des cycles infectieux pour différents agents pathogènes, virus ou bactéries, en étudiant à la fois l’agent en lui-même mais aussi les vecteurs, réservoirs et hôtes. 
… Et un Centre d’Études Périnatales de l’Océan Indien (CEPOI, EA 7388) créé en 2015.
Le CHU en chiffres 
Plus de 6500 professionnels et 150 métiers au service de la santé
1er employeur et plus gros acheteur de biens et de services du secteur de la santé de La Réunion
1372 lits de médecine, chirurgie et obstétrique,
154 lits et places de santé mentale,
114 lits de suite et de réadaptation,
130 lits d’hébergement pour les personnes âgées,
700 personnels médicaux,
5700 personnels non médicaux,
145 000 hospitalisations par an (entrées en hospitalisation complète et de jour),
129 000 passages aux urgences par an,
313 000 consultations par an. 
Un plateau technique de haut niveau 
Le CHU propose toutes les prises en charge médicales et chirurgicales et des services spécialisés : chirurgie cardiaque et vasculaire, chirurgie infantile et néonatale, neurochirurgie, hyperbarie, hématologie-oncologie, maternité niveau III, grands brûlés, médecine nucléaire, radiothérapie-curiethérapie, TEP, laboratoire P3, histocomptabilité, greffes, centre référent maladies rares, recherche & innovation, enseignement, SAMU centre 15.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.