Le Pôle Aquitain de l’Adolescent en lien direct avec la justice

Mardi 22 juillet 2008, le CHU de Bordeaux a signé une convention entre le Tribunal de Grande Instance (TGI) et l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM), en présence de Madame Rachida Dati, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de Monsieur Jacques Barrot, ancien ministre de la santé, actuellement vice-président de la Commission Européenne, chargé de Justice, Liberté et Securité et de Monsieur Alain Hériaud, Directeur Général. Cette convention formalise et conforte le partenariat existant déjà entre le pôle dédié à l'accueil des adolescents en souffrance et l'autorité judiciaire. Objectif : améliorer la gestion des situations avérées de violence à l'encontre des jeunes, parfaire la formation des auditeurs de justice et consolider l'assistance juridique gratuite des victimes et de leur famille.

Mardi 22 juillet 2008, le CHU de Bordeaux a signé une convention entre le Tribunal de Grande Instance (TGI) et l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM), en présence de Madame Rachida Dati, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de Monsieur Jacques Barrot, ancien ministre de la santé, actuellement vice-président de la Commission Européenne, chargé de Justice, Liberté et Securité et de Monsieur Alain Hériaud, Directeur Général. Cette convention formalise et conforte le partenariat existant déjà entre le pôle dédié à l’accueil des adolescents en souffrance et l’autorité judiciaire. Objectif : améliorer la gestion des situations avérées de violence à l’encontre des jeunes, parfaire la formation des auditeurs de justice et consolider l’assistance juridique gratuite des victimes et de leur famille.

A cette occasion, le Dr Pommereau, responsable du Pôle Aquitain de l’Adolescent et le Pr Bouvard responsable du Service Universitaire d’Hospitalisation pour Enfants et Adolescents (*) ont expliqué la spécificité de la prise en charge de ces adolescents et rappelé les liens tissés avec de nombreuses structures extérieures allant du soutien scolaire à l’ordre des avocats, de l’autorité judiciaire à la formation des futurs magistrats.

Etablie sur une durée d’un an, la convention poursuit un triple objectif

– renforcer la formation des acteurs
Le Pôle Aquitain de l’Adolescent devient de façon pérenne un lieu de stage pour les auditeurs de justice avant leur prise de fonctions et un lieu de formation et d’échanges pour les magistrats en exercice, confrontés à des problématiques de jeunes adolescents. Ces stages comprendront des séminaires et une participation à l’activité hospitalière. L’équipe médicale et les psychologues du Centre Jean Abadie participeront à la formation initiale des auditeurs de justice dans leur cursus à l’Ecole Nationale de la Magistrature en considération du programme pédagogique adopté. Des actions de formation réciproques entre l’Ecole Nationale de la Magistrature et le Pôle Aquitain de l’Adolescent seront favorisées.

– améliorer la gestion des situations de crise
Dans les situations avérées de violence, la mise en cohérence des dispositifs thérapeutiques et juridiques sera assurée par une relation étroite entre le Parquet des Mineurs et le personnel du Pôle Aquitain de l’Adolescent.

– renforcer l’information des adolescents et de leurs familles
Afin de consolider l’assistance juridique gratuite, actuellement réalisée au bénéfice des adolescents du Pôle Aquitain de l’Adolescent par le Centre de Recherche, d’Information et de Consultations sur les droits de l’enfant (CRIC), les élèves de l’Ecole Nationale de la Magistrature apporteront leurs connaissances juridiques aux adolescents du Pôle Aquitain de l’Adolescent, en vue de faciliter la réintégration dans leur vie familiale et scolaire.

Le Pôle Aquitain de l’Adolescent

Inauguré début 2003, ce pôle assure une prise en charge médicale et paramédicale des adolescents et offre des prestations à la fois scolaire, juridique, sociale, artistique et culturelle ainsi qu’un soutien aux parents.

Il est composé de services et d’unités :

– le service du Dr Xavier Pommereau, responsable du Pôle Aquitain de l’Adolescent :
.UTCA (Unité pour Troubles des Conduites Alimentaires) – 8 lits, 4 places
.UMPAJA (Unité Médico-Psychologique de l’Adolescent et du Jeune Adulte) – 15 lits

– le service du Pr Manuel Bouvard
. SUHEA (Service Universitaire d’Hospitalisation pour Enfants et Adolescents) – 10 lits, 5 places

. une unité commune : le CCPEA (Centre de Consultations Polyvalentes pour Enfants et Adolescents)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.