Le pôle rennais d’hématologie : une alliance publique-privée exemplaire en hématologie

Première en France, la filière rennaise d’hématologie portée par une convention signée le 2 octobre 2012 unit l’Hôpital Privé Sévigné (Générale de Santé) et le CHU dans une même ambition : la création d’un pôle de référence au plan national, dans une spécialité médicale de pointe. Concrètement, il s’agit d’améliorer le parcours de soins du patient et de favoriser les projets communs de recherche clinique.

Première en France, la filière rennaise d’hématologie portée par une convention signée le 2 octobre 2012 unit l’Hôpital Privé Sévigné (Générale de Santé) et le CHU dans une même ambition : la création d’un pôle de référence au plan national, dans une spécialité médicale de pointe. Concrètement, il s’agit d’améliorer le parcours de soins du patient et de favoriser les projets communs de recherche clinique.
Après dix années de coopération étroite dans la prise en charge des urgences, le CHU de Rennes et l’Hôpital Privé Sévigné, renforcent leur partenariat à travers la création du pôle rennais d’hématologie. « Cette filière optimisera la complémentarité des équipes et des prises en charge en hématologie. Elle renforcera le pôle commun d’inclusion de patients et fédérera les médecins investigateurs qui innovent dans leur spécialité », indique Yves Rayer, Directeur de la recherche du CHU de Rennes.
« L’enjeu est de favoriser l’investigation clinique et faire progresser les traitements pour mieux soigner des cancers du sang tels que les leucémies ou les lymphomes, ainsi que certaines maladies rares pour lesquels de nouvelles solutions thérapeutiques doivent aboutir » déclare le Professeur Gregory Katz, Directeur innovation recherche clinique du groupe Générale de Santé. « L’Hôpital Privé Sévigné compte parmi les rares établissements privés en France à développer une expertise en hématologie avec 1 600 séances de chimiothérapies réalisées en 2011 », souligne Nicolas Bioulou, directeur de l’établissement du groupe Générale de Santé.
Un partenariat public-privé exemplaire
Depuis 2002, le rapprochement entre le CHU de Rennes et l’Hôpital Privé Sévigné est exemplaire à plusieurs égards. Il dépasse les antagonismes public-privés en créant de fortes synergies entre les équipes médicales. Chaque acteur met en commun ses ressources, ses compétences et ses plateaux techniques pour offrir aux patients un soin d’excellence. « Ce partenariat public-privé est d’autant plus remarquable qu’il s’inscrit dans la durée, avec plus de 10 années de partage d’expérience et de fortes synergies au service des patients et de l’excellence médicale », déclare André Fritz, directeur du CHU de Rennes.
A propos du CHU de Rennes
Acteur de référence pour le soin et la recherche clinique en Bretagne, le CHU de Rennes offre une capacité d’hospitalisation de 1737 lits et de 178 places. Avec chaque année plus de 370 000 consultations en médecine, chirurgie et gynécologie obstétrique, le CHU de Rennes enregistre près de 99 000 passages aux urgences et 49 000 interventions – chirurgie et médecine interventionnelle. Le CHU de Rennes coordonne chaque année plus de 600 essais cliniques incluant 3500 patients suivis par 550 investigateurs. Parmi ces essais, on dénombrait l’an passé 60 essais en hématologie. Le service d’hématologie du CHU de Rennes a développé au cours de ses dernières années une expertise reconnue au plan national dans le domaine des Lymphomes malins (cancer du système lymphatique) en lien avec l’unité de recherche Inserm U917.
A propos de l’Hôpital Privé Sévigné 
Cet hôpital privé, l’un des 106 établissements de la Générale de Santé, joue un rôle clef dans le maillage territorial des soins de la région rennaise. En 2011, il accueillait 10 000 patients hospitalisés, 14 000 patients en ambulatoire, 4 000 séances de chimiothérapie ambulatoire et 21 000 passages aux urgences.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.