Le Pr Alim-Louis Benabid reçoit le prix Lasker pour ses travaux sur le Parkinson

Inventeur de la stimulation cérébrale profonde devenue le traitement de référence des formes avancées de la Maladie de Parkinson, le neurochirurgien français Alim-Louis Benabid a reçu le prix Lasker pour la recherche clinique, la version américaine des Nobel, lundi 8 septembre 2014.

Inventeur de la stimulation cérébrale profonde devenue le traitement de référence des formes avancées de la Maladie de Parkinson, le neurochirurgien français Alim-Louis Benabid a reçu le prix Lasker pour la recherche clinique, la version américaine des Nobel, lundi 8 septembre 2014. Président du Directoire du Centre de recherche biomédical français Clinatec à Grenoble, et membre de l’Académie des Sciences, le Pr Benabid partage ce prix avec Mahlon R. DeLong de l’Université d’Emory.

Mise au point en 1987 au CHU de Grenoble par le professeur Benabid du Service de Neurochirurgie, en collaboration avec les équipes de Neurologie et d’IRM, la Stimulation Cérebrale Profonde à Haute Fréquence (SHF), a amélioré la vie de 100 000 patients opérés dans le monde dont des milliers de personnes atteintes de la maladie de Parkinson, deuxième maladie neurodégénérative, après la maladie d’Alzheimer, et deuxième cause de handicap moteur, après les accidents vasculaires cérébraux.. . La stimulation cérébrale profonde est aujourd’hui appliquée à d’autres pathologies neurologiques : les dystonies, les épilepsies, les TOC et les migraines graves. Cette chirurgie consiste à implanter dans des noyaux gris centraux (Vim, GPi et surtout NST) des électrodes reliées à un stimulateur à 130 Hz, qui vont les inhiber et mimer les effets des coagulations stéréotaxiques, de manière chronique, réversible, adaptable, avec une faible morbidité.

Alim Benabid partage le prix de la Fondation Albert and Mary Lasker ( New York) avec Mahlon R. DeLong de l’Université d’Emory.

Félicitations présidentielles et ministérielles
Le président François Hollande a adressé ses plus vives félicitation à Alim-Louis Benabid, qui « honore la recherche médicale française ». Son invention a  « transformé le traitement de maladies neurologiques handicapantes ».  Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé et Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche ont salué « la qualité exceptionnelle » de son travail.

La fierté du CHU de Grenoble

La Direction générale du CHU de Grenoble s’honore de ce titre. C’est à la fois un grand honneur pour l’équipe grenobloise de neurochirurgie et le CHU mais aussi pour la faculté de médecine et l’université, et bien au-delà, pour la renommée de la neurochirurgie française.
Le Pr Alim-Louis Benabid travaille actuellement au Clinatec, un laboratoire de recherche biomédicale développé par le CEA en partenariat avec l’université Joseph Fourier, l’Inserm et le CHU de Grenoble, et dédié aux applications des micro-nanotechnologies dans les maladies du cerveau. En 2004, les Victoires de la médecine avaient mis en lumière le chercheur  pour les avancées accomplies dans le traitement de la maladie de Parkinson.

En savoir plus sur
Le Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique décerné par la Fondation Albert and Mary Lasker à New York est l’un des quatre prix Lasker. Il récompense la « compréhension, le diagnostic, la prévention, le traitement, et guérison d’une maladie ». Ce prix est souvent considéré comme l’antichambre du Prix Nobel de physiologie ou médecine. Les 3 autres prix Lasker sont les prix pour la recherche médicale fondamentale, le bien public et le prix spécial.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.