CHU DE DEMAIN – Le Pr Jean Sibilia « pour une formation au numérique par le numérique »

"Nous avons absolument besoin d'une formation au numérique et par le numérique. Il va être de plus en plus présent à travers les objets connectés, la télémédecine et l'intelligence artificielle", avance le Pr Jean Sibilia, président de la conférence des Doyens des facultés de médecine, interviewé à l'occasion des Assises nationales hospitalo-universitaires à Poitiers, les 13 et 14 décembre 2018.

"Nous avons absolument besoin d’une formation au numérique et par le numérique. Il va être de plus en plus présent à travers les objets connectés, la télémédecine et l’intelligence artificielle", avance le Pr Jean Sibilia, président de la conférence des Doyens des facultés de médecine, interviewé à l’occasion des Assises nationales hospitalo-universitaires à Poitiers, les 13 et 14 décembre 2018.
"En matière de formation, la France dispose d’une plateforme unique au monde avec UNESS, l’université numérique thématique (UNT) francophone dans les domaines de la Santé et du Sport. 44 disciplines médicales et chirurgicales ont déjà déposé leurs contenus. D’autres métiers de la santé sont attendus tels que les pharmaciens, les dentistes. Et demain UNESS part à la conquête du monde...", annonce le doyen du CHU de Strasbourg.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.