Le Premier ministre réaffirme son engagement pour la modernisation du service public de santé

Le Président de la Fédération Hospitalière de France et les cinq Présidents des conférences hospitalières* ont rencontré Manuel Valls, lundi 2 novembre 2015. Accompagné de Marisol Touraine, le Premier ministre a montré une écoute attentive à la situation du secteur hospitalier et médico-social public et apporté son soutien aux réformes engagées tout en ouvrant un certain nombre de perspectives.

Le Président de la Fédération Hospitalière de France et les cinq Présidents des conférences hospitalières* ont rencontré Manuel Valls, lundi 2 novembre 2015. Accompagné de Marisol Touraine, le Premier ministre a montré une écoute attentive à la situation du secteur hospitalier et médico-social public et apporté son soutien aux réformes engagées tout en ouvrant un certain nombre de perspectives.
 
Dans un contexte où les établissements de santé et médico-sociaux sont soumis à de fortes pressions, tant en raison de la feuille de route financière qui leur a été fixée que de leurs missions qui vont croissantes, les responsables de la communauté hospitalière ont évoqué de nombreux sujets avec le Premier ministre. Tout en insistant sur la modernisation en cours des organisations des établissements, sur le respect des objectifs financiers depuis plusieurs années et sur le dynamisme du secteur, la FHF et les conférences n’ont pas caché leurs inquiétudes devant des décisions qui sont vécues comme des injonctions contradictoires (multiplication des accords catégoriels, augmentation de la pression financière, recentralisation de nombreuses décisions au détriment des établissements, etc) et qui, sur le terrain, ne sont pas sans conséquences sur le climat social.
Attentif aux dossiers évoqués, le Premier ministre a réaffirmé à plusieurs reprises la reconnaissance de la France devant la mobilisation sans relâche des hospitaliers, particulièrement à l’occasion de la crise Ebola, de la grippe ou encore de la participation à l’accueil des réfugiés, et s’est montré soucieux de la préservation du climat social. Il a témoigné d’une attention toute particulière aux enjeux de psychiatrie et de santé mentale dont il a estimé qu’il fallait faire une "priorité nationale". Dans cette perspective a été annoncé l’installation d’un comité de pilotage national sur cette thématique, permettant la coordination de tous les ministères et des nombreux intervenants.

Manuel Valls a également été sensible à la question du choc de simplification qui tarde à se concrétiser dans le secteur sanitaire et médico-social et s’est montré intéressé par la proposition de Frederic Valletoux tendant à la mise en place d’une mission parlementaire sur le sujet, à l’instar de la méthode suivie pour la simplification des collectivités locales.
 
Cette rencontre a permis de faire le point sur plusieurs dossiers engagés:
• Réforme de la tarification des établissements avec la confirmation que le nouveau CORETAH serait prochainement installé et aurait pour objectif de définir une tarification au parcours
• Dynamisation des carrières hospitalières et renforcement de l’attractivité
• Concrétisation des Groupements Hospitaliers de territoire, au sein desquels les CHU auront toute leur place en raison notamment de leur responsabilité territoriale, les attentes des hospitaliers en termes de mise en place rapide des outils de réorganisation de l’offre de soins, de soutien aux décisions de terrain et de vigilance sur le rôle des ARS et la cohérence dans les décisions qui seront prises.
• Soutien à l’innovation avec la création de nouveaux Instituts Hospitalo-Universitaires
• Soutien à la recherche dans les établissements publics et à son financement, les responsables hospitaliers rappelant leur souhait que la politique de recherche reste conduite sous l’égide du Ministère de la Santé
 
Concernant la mise en œuvre du plan triennal de maitrise des finances publiques, le Premier ministre a reconnu le niveau d’effort sans précédent demandé aux établissements publics. IL a également souhaité clarifier certains points, vécus comme autant de demandes contradictoires par les responsables des établissements. Ainsi, concernant les fermetures de lits de médecine, qui sur le terrain s’accélèrent, la Ministre de la santé, consciente des problèmes soulevés par cette politique dans plusieurs régions, a fait part de son accord sur la non fermeture définitive des lits de médecine et souhaite une réflexion pour pouvoir faire varier à la hausse et à la baisse les capacités en fonction des besoins. Concernant ensuite les objectifs spécifiques de maitrise de la masse salariale, qui viennent se cumuler avec les objectifs généraux de l’ONDAM, la Ministre de la santé a confirmé que si l’objectif de maitrise de la masse salariale de 1,5% était certes cohérent avec l’objectif de maitrise de l’ONDAM, il ne devait en aucun cas s’appliquer de manière homothétique à tous les établissements et qu’un dialogue devait donc être engagé entre l’ARS et chaque établissement. Les représentants des établissements hospitaliers publics ont également plaidé pour que, dans le cadre de l’ONDAM, les crédits recherche augmentent dans la même proportion de l’ONDAM, évitant que la recherche ne devienne la variable d’ajustement financière.
Concernant enfin le secteur médico-social, Manuel Valls, a réaffirmé son attachement à la modernisation de ce secteur qui joue un rôle crucial dans notre pays et pour lequel, une approche territoriale est indispensable de même que le renforcement de la médicalisation des structures.  
 
* La délégation était composée de Zaynab Riet, Présidente de la conférence des directeurs de centres hospitaliers, du Dr Sylvie Peron de la conférence des présidents de CME de centres hospialiers, du Pr Guy Moulin, Président de la conférence des Présidents de CME de CHU, du Dr Christian Muller, Président de la conférence des Présidents de CME de CHS, de Jean-Pierre Dewitte, Président de la conférence des Directeurs Généraux de CHU, de Frédéic Valletoux, Président de la FHF, Gérard Vincent, Délégué Général et de Cédric Arcos, Directeur de Cabinet.

Reprise du communiqué de presse de la FHF du 4 novembre 2015

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.