1er prélèvement d’organes de type Maastricht 3 réalisé avec succès au CHU de Nîmes

Si depuis deux décennies, les prélèvements d‘organes « classiques » se déroulent en routine au CHU de Nîmes, le 3 juillet 2019 marquera l’histoire de l'établissement comme étant la date du premier prélèvement de type Maastricht 3. Ce jour-là, un premier prélèvement de type Maastricht 3 a été réalisé avec succès, conjointement par les équipes médicales de Nîmes et de Montpellier.
Si depuis deux décennies, les prélèvements d‘organes « classiques » se déroulent en routine au CHU de Nîmes, le 3 juillet 2019 marquera l’histoire de l’établissement comme étant la date du premier prélèvement de type Maastricht 3. Ce jour-là, un premier prélèvement de type Maastricht 3 a été réalisé avec succès, conjointement par les équipes médicales de Nîmes et de Montpellier.
La coordination hospitalière des prélèvements d’organes, les équipes de réanimation, les équipes d’urologie, de chirurgie digestive et d’anesthésie du CHU de Nîmes ont organisé et réalisé les prélèvements de trois organes qui ont permis par la suite trois transplantations.
Ce premier prélèvement est le fruit de plus de 2 ans de travail. En 2017, les équipes médicales du CHU ont lancé une grande réflexion sur ce type de prélèvement. Tous les corps de métiers de l’hôpital avaient alors été informés et associés. Au printemps 2018, les professionnels de l’agence de la Biomédecine s’étaient rendus au sein du CHU pour une réunion d’informations et d’échanges sur cette nouvelle pratique. L’ensemble des personnels avait été convié et plus de 150 personnes s’étaient s’exprimées afin de comprendre et de mieux appréhender la procédure du prélèvement de type Maastricht 3. Le projet a ensuite été présenté au comité d’éthique, et c’est au printemps 2019, après notamment un audit du CHU Nîmois et de ses équipes médicales, que l’autorisation de procéder à ce type de prélèvement a été délivrée.

Le prélèvement d’organes de type Maastricht 3

Le prélèvement d’organes de type Maastricht 3 est essentiellement réalisé chez des patients victimes d’une destruction importante du cerveau, qui ne sont pas en mort cérébrale, mais pour lesquels aucune solution vers la guérison n’est envisageable. Dans ce cas et conformément aux termes de la Loi Clayes-Leonetti, un arrêt des moyens de réanimation est possible, sous couvert d’une anesthésie (sédation) profonde et continue. Cette sédation garantit l’absence de stress, de douleur, d’inconfort. Après le décès, seuls les organes abdominaux sont à nouveau irrigués par un dispositif de circulation extra corporelle. Ceci est une condition majeure du succès des transplantations. Cette nouvelle activité impose de nouvelles exigences à la fois en termes de logistique, de charge morale et bien sûr de technique médicale pour les équipes du CHU.
« C’est un réel succès en matière de coordination hospitalière des prélèvements d’organes du CHU de Nîmes, avec le concours remarquable des secteurs de la chirurgie, de l’anesthésie, de la réanimation, de la biologie, de l’anatomopathologie et de la pharmacie. Chacun dans son domaine a fait preuve d’un professionnalisme hors pair », s’est félicité Nicolas Best, le Directeur Général.
« Je tiens à remercier sincèrement tous ces professionnels mais aussi l’agence de la biomédecine, du réseau de prélèvement Languedoc-Roussillon, ainsi que les équipes de transplantation rénale et hépatique de Montpellier », a ajouté le Directeur Général. « Et je me permets à cette d’heure d’avoir une pensée sincère pour les femmes et les hommes qui ont accepté le principe d’un tel don, et pour les patients en attente de greffe. Ils sont plus de 24.000, et chaque année, plus de 600 d’entre eux décèdent à cause du manque de greffons. Cette nouvelle procédure doit nous permettre de sauver demain, encore plus de vies » a conclu Nicolas Best.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.