Le Professeur Maquart élu à l’Académie Nationale de Médecine

Le Professeur François-Xavier Maquart, responsable du Laboratoire Central de Biochimie du pôle de Biologie du CHU de Reims que dirige le Professeur Philippe Gillery, vient d'être élu à l'Académie Nationale de Médecine. Une distinction qui met en valeur ses recherches dans le domaine de la biologie cutanée et le travail des équipes hospitalo-universitaires.

Le Professeur François-Xavier Maquart, responsable du service Laboratoire Central de Biochimie du pôle de Biologie du CHU de Reims, vient d’être élu membre de l’Académie Nationale de Médecine. Cette instance officielle dépendant du Ministère de l’Education Nationale a pour mission de répondre, au travers d’études et de rapports, à toutes les questions du gouvernement dans le domaine de la santé publique. Les ministres s’appuient ensuite sur ces études et rapports pour leur prise de décisions.

Une distinction rare dans le monde médical rémois. Le nouveau membre correspondant de la 3e division, section Sciences Biologiques de l’Académie, y voit avant tout « le fruit d’un travail d’équipe ».
« C’est parce que nous travaillons avec un personnel en or au CHU que nous avons la possibilité de développer des travaux de recherche à la faculté », souligne ainsi ce pur produit du milieu hospitalier rémois qui, après avoir fait ses études à la faculté de Reims, a été nommé dès 1978 au poste d’Assistant des Universités-Assistant des Hôpitaux dans le laboratoire de Biochimie de cette même faculté et au Laboratoire Central de Biochimie du CHU.

« J’ai toujours essayé de faire travailler les deux laboratoires ensemble, précise le Professeur Maquart qui est également vice-président Recherche du Directoire du CHU. L’apport de l’hôpital pour la recherche universitaire est très important. Sans le contact avec les cliniciens et les malades, nous ne pourrions rien faire. » Et de citer ses confrères impliqués dans l’Unité Mixte de Recherche CNRS/Université de Reims Champagne-Ardenne (UMR 6237) : « On a une vraie équipe hospitalo-universitaire avec les interventions des services des Professeurs Gillery (laboratoire de biologie et de recherche pédiatrique), Rieu (néphrologie), Bernard (dermatologie), Thiéfin (hépato-gastro-entérologie) et Diébold (laboratoire central d’anatomie pathologique). »

Depuis ses débuts au Laboratoire Central, le Professeur Maquart a assisté à « une complète révolution dans le domaine de la biochimie ». « Les techniques manuelles ont désormais quasiment disparu », note-t-il. Chargé de gérer la biochimie générale, le Laboratoire Central du CHU a développé un secteur d’excellence : celui de la chimie des protéines, avec la mise au point de dosages originaux. « Nous sommes un laboratoire de référence pour l’activité liée aux marqueurs de la dégénérescence du système nerveux central, pointe le responsable de service. Les demandes nous parviennent de partout. »

Côté recherche, l’ensemble des travaux du Professeur Maquart et de ses partenaires porte sur l’étude des interactions entre les cellules et leur environnement. « Nous avons montré que l’environnement des cellules, qu’on appelle matrice extra-cellulaire, envoie des signaux à ces cellules et régule leur activité. » En première ligne, les « matrikines », ces molécules qui régulent l’activité des cellules et peuvent avoir une implication dans certains cancers, dans la réparation tissulaire ou encore dans le vieillissement des tissus.
Soutenus financièrement par la région Champagne-Ardenne, le FEDER, la Ligue Nationale contre le Cancer, l’Université et le CNRS, ces recherches en général et le concept de « matrikines » en particulier font désormais partie intégrantes de la littérature scientifique internationale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.