Le projet « Education, alimentation et précarité » récompensé

Le 5 février 2010, Christine Kavan, diététicienne, et Martine Billard, cadre socio-éducatif, ont reçu le prix Dawn pour le projet conduit au sein du CHU par l'Unité Transversale d'Éducation pour le Patient (UTEP) et le service social : «Education, alimentation et précarité». En 2009, Emilie Bourcelot, diététicienne, avait déjà été récompensée pour le projet qu'elle pilote avec l'équipe du service de diabétologie consacré à «l'amélioration de la prise en charge éducative initiale des patients diabétiques de type 1 ».

Le 5 février 2010, Christine Kavan, diététicienne, et Martine Billard, cadre socio-éducatif, ont reçu le prix Dawn pour le projet conduit au sein du CHU par l’Unité Transversale d’Éducation pour le Patient (UTEP) et le service social : «Education, alimentation et précarité».
En 2009, Emilie Bourcelot, diététicienne, avait déjà été récompensée pour le projet qu’elle pilote avec l’équipe du service de diabétologie consacré à «l’amélioration de la prise en charge éducative initiale des patients diabétiques de type 1 ».

Initié par l’UTEP et le service social en 2007, le projet «Education, alimentation et précarité» est né d’un constat : la difficulté de concilier conseils diététiques adaptés à la pathologie et situation de précarité. L’objectif est donc de mieux prendre en compte l’environnement socio-économique des patients et d’intégrer cette dimension dans leur prise en charge éducative et plus spécifiquement diététique. Pour se faire 2 grands axes de travail ont été dégagés :
• Recenser l’existant en matière d’aide alimentaire et d’éducation nutritionnelle… et le faire connaître.
Pour se faire, un état des lieux des dispositifs et structures existants en Franche-Comté en matière d’aide alimentaire a été dressé et aujourd’hui, grâce à un site Intranet créé dans le cadre de ce projet, tout soignant peut instantanément connaître la structure capable d’apporter l’aide alimentaire d’urgence et/ou régulière au patient pris en charge. Il pourra prochainement accéder à des supports lui permettant d’adapter à des petits budgets et selon la pathologie en cause, les conseils alimentaires qu’il délivre.

• Améliorer le « repérage » des patients vulnérables (hors accès par la PASS). Après avoir identifié les difficultés des soignants et des patients, des actions vont être menées, à l’hôpital pour améliorer, le « repérage » des patients en situation de précarité ou plus largement en situation de vulnérabilité.

Le prix Dawn reçu cette année est accueilli avec un plaisir d’autant plus vif qu’il permettra au projet de prendre une dimension extra-hospitalière puisque l’UTEP mettra à disposition des professionnels de santé hors CHU et des associations le site «Education, alimentation et précarité» en accès Internet.

Ce travail, mené en interdisciplinarité et dans le respect des compétences de chacun, rapproche tous les acteurs – soignants et soignés – qui oeuvrent vers un but commun : accompagner et aider le patient à prendre soin de lui-même.

L’éducation thérapeutique, une dynamique franc-comtoise
Dès le début des années 2000, la motivation des professionnels de santé, des institutionnels et des associations de malades, a permis de mettre en oeuvre une réelle dynamique régionale en terme d’éducation thérapeutique.

Septembre 2006, l’unité transversale d’éducation thérapeutique du CHU de Besançon est mise en place. Cette « unité-ressource » est chargée de coordonner, former et apporter un appui méthodologique et logistique aux équipes soignantes, dans le domaine de l’éducation thérapeutique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.