Chirurgie des cordes vocales, la microtechnique récompensée à Micronora

Les chercheurs du département "Automatique et Systèmes Micro-Mécatroniques" de l’institut FEMTO-ST ont conçu un microsystème intégré dans la tête d’un endoscope destiné à la chirurgie laser robotisée des cordes vocales. Une innovation distinguée par le Prix spécial du jury du salon international des microtechniques Micronorale, le 23 septembre 2014 !

Les chercheurs du département "Automatique et Systèmes Micro-Mécatroniques" de l’institut FEMTO-ST ont  conçu un microsystème intégré dans la tête d’un endoscope destiné à la chirurgie laser robotisée des cordes vocales. Une innovation distinguée par le Prix spécial du jury du salon international des microtechniques Micronorale, le 23 septembre 2014 !
La formation de kystes sur les cordes vocales est fréquente chez les personnes qui sollicitent beaucoup leur voix. La chirurgie laser, telle qu’utilisée aujourd’hui pour  l’ablation ou la résection  de ces kystes, présente plusieurs inconvénients, tant pour le patient (risque de traumatisme du cou après l’opération) que pour le chirurgien (matériel encombrant notamment).
Le dispositif récompensé s’insère dans un endoscope flexible qui permet de visualiser les cordes vocales et d’amener la source laser à l’intérieur du patient, à 20 mm de sa cible. Véritable défi microtechnique, l’endoscope embarque les éclairages en lumière froide, deux caméras miniatures, un laser chirurgical doublé d’un laser qui fait office de pointeur pour le chirurgien, et enfin le microrobot de 1cm3 qui va guider ces lasers grâce aux images fournies par les caméras le long de la trajectoire de référence, sur lesquelles le chirurgien intervient directement à partir d’une tablette tactile. Une technique de fluorescence permet déterminer s’il existe au niveau du kyste une zone cancéreuse.  Avec ce nouveau procédé, le chirurgien devrait obtenir une précision de l’ordre d’une centaine de microns.
La mise au point de ce dispositif s’inscrit dans le cadre du projet européen µRALP porté par l’Institut Italien de Technologie. Il associe l’institut FEMTO-ST, les universités de Hanovre et de Gênes et le CHRU de Besançon.
Le service d’ORL et le Centre d’investigation clinique du CHRU participent, avec leurs homologues italiens au recueil de toutes les données utiles. Ils assurent également les essais précliniques sur cadavres à l’institut d’anatomie du CHRU pour la validation du concept de l’endoscope robotisé. Parallèlement, ils conduisent un essai clinique pour évaluer la pertinence de l’utilisation de la technique de fluorescence développée par le département d’optique de l’institut Femto-ST, dans la détection des tissus cancéreux dans les cordes vocales.
A terme, ce dispositif apportera une véritable valeur ajoutée à la phonochirurgie et pourra sans doute être décliné pour d’autres types d’opérations, notamment via le projet en cours à l’Institut FEMTO-ST (Démonstrateur 4 du LABEX ACTION).

Pour en savoir plus : href= »http://www.microralp.eu/ » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.