Le refroidissement thérapeutique : nouvel espoir pour les victimes d’AVC ?

Deuxième cause de mortalité dans le monde et de handicap dans les pays du Nord, l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC) fait l’objet d’une attention soutenue de la part de 25 pays européens porteurs du programme EuroHYP-1.L’enjeu de ce nouvel essai clinique à échelle paneuropéenne : évaluer l'hypothermie légère en tant que traitement le plus prometteur de l'AVC ischémique aigu.

Deuxième cause de mortalité dans le monde et de handicap dans les pays du Nord, l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) fait l’objet d’une attention soutenue de la part de 25 pays européens porteurs du programme EuroHYP-1.L’enjeu de ce nouvel essai clinique à échelle paneuropéenne : évaluer l’hypothermie légère en tant que traitement le plus prometteur de l’AVC ischémique aigu.

L’hypothermie thérapeutique est déjà reconnue pour son efficacité en cas de lésions ischémiques du cerveau à la suite d’arrêts cardiaques et d’accidents de naissance. En induisant une forme d’hibernation du cerveau, elle réduit le besoin d’oxygène et prévient les lésions supplémentaires. Si les bienfaits de l’hypothermie légère sont avérés en cas d’AVC, ce nouveau traitement pourrait bénéficier à près de 40 000 européens par an.

Le consortium mené par Universitätsklinikum Erlangen et le European Stroke Research Network for Hypothermia (EuroHYP) rassemble les plus grands experts européens en matière de conception et analyse de statistiques, hypothermie thérapeutique, imagerie, économie de la santé, ultrasons, biomarqueurs et exécution d’essais cliniques (mise en place et suivi) ainsi que des associations de défense de patients et de leurs familles et de Petites et Moyennes Entreprises.
L’initiative est financée par la Commission Européenne, un investissement de près de 11 millions d’euros. En plus de l’efficacité thérapeutique et de la sécurité, l’impact économique de l’hypothermie thérapeutique sera aussi étudié.

Le programme EuroHYP-1 est essai clinique ouvert, aléatoire et de phase 3 (dernière phase avant la recommandation du traitement). Le CHRU de Lille participe à cette étude qui devrait concerner 120 patients français. Le Docteur Charlotte Cordonnier (Neurologie) a été désignée coordonatrice pour la France.

Chaque jour 1 000 européens meurent d’AVC, soit un toutes les 90 secondes et près de 2 000 deviennent handicapés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.