Cancer : le registre bisontin, un des plus anciens de France et un support de référence

Le Registre des tumeurs du Doubs et du Territoire de Belfort a fêté ses 40 ans le 13 décembre 2016, en présence du Professeur Simon Schraub, son fondateur. Ce registre est l’un des deux registres français de cancers généraux les plus anciens. Créé en 1976, il a étendu son recueil au Territoire de Belfort en 2006 et couvre depuis 2 départements et une population de près de 680 000 habitants. Il a le double objectif de décrire et surveiller le risque de cancer et de conduire des recherches à partir de l'analyse des données recueillies ou d'enquêtes ponctuelles.

Le Registre des tumeurs du Doubs et du Territoire de Belfort a fêté ses 40 ans le 13 décembre 2016, en présence du Professeur Simon Schraub, son fondateur. Ce registre est l’un des deux registres français de cancers généraux les plus anciens. Créé en 1976, il a étendu son recueil au Territoire de Belfort en 2006 et couvre depuis 2 départements et une population de près de 680 000 habitants. Il a le double objectif de décrire et surveiller le risque de cancer et de conduire des recherches à partir de l’analyse des données recueillies ou d’enquêtes ponctuelles.
Le registre participe à la surveillance épidémiologique des cancers aux niveaux national et international, par la publication d’indicateurs d’incidence, de prévalence et de survie. Par la qualité de sa base de données populationnelle et par l’exhaustivité de son recueil, il vient en soutien aux études concernant tant les facteurs de risque, que le dépistage, la survie, les modes de prise en charge et les traitements des différents cancers.
Pour la recherche comme pour la surveillance épidémiologique, l’activité du registre s’inscrit dans le contexte régional et interrégional, ainsi que dans le cadre défini au niveau national, par le Programme de travail partenarial qui allie Santé publique France, l’Institut national du cancer, le réseau des registres de cancers français et le service de biostatistiques des Hospices civils de Lyon. 
Depuis les années 80, les données du registre sont utilisées dans des programmes internationaux de recherche et le dynamisme du Registre se traduit par un nombre important de publications scientifiques dans des revues internationales. 
Composante de la plate-forme « Épidémiologie » du Cancéropôle Grand-Est, le registre participe activement à ses activités de recherche. Il collabore également avec les registres spécialisés de Côte d’Or et le CHU de Dijon dans le cadre de la Communauté d’Universités et d’Établissements Bourgogne/Franche-Comté (UBFC). Son rattachement à l’équipe d’accueil 3181 de l’Université de Franche-Comté, « Carcinogenèse associée aux papillomavirus humain », se concrétise par la thématique HPV, l’un de ses axes de recherche historique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.