Dernière ligne droite pour le regroupement des activités du CHU Amiens-Picardie

A l’issue des travaux et du transfert des activités de médecine sur le site sud, en 2020, toute l’offre de médecine, chirurgie et obstétrique du CHU Amiens-Picardie sera rassemblée sur un site unique.
A l’issue des travaux et du transfert des activités de médecine sur le site sud, en 2020, toute l’offre de médecine, chirurgie et obstétrique du CHU Amiens-Picardie sera rassemblée sur un site unique.
Le CHU Amiens-Picardie a débuté la dernière phase du regroupement de ses activités. Après quatre années d’un chantier de 557,76 millions d’euros, un nouveau bâtiment de 120 000 m², livré à l’été 2014, abrite 800 lits. Seconde phase du projet : le regroupement de 303 lits et places Médecine Chirurgie Obstétrique (MCO) restants, dans le cadre de la restructuration du bâtiment Fontenoy. Pour cette étape, le CHU Amiens-Picardie a obtenu une aide nationale de 40M€ pour aider au financement des 80M€ restants. Notons que la cession d’actifs que constituera la vente des 13 hectares du site nord abondera aussi ce financement en capital, à l’instar de la vente de l’ancien site du Centre de Gynécologie Obstétrique (CGO) réalisée pour 4.2 M€.
A l’issue des travaux, l’offre de MCO du CHU sera rassemblée sur un site unique, le site Saint-Victor demeurant spécialisé dans les soins prodigués aux personnes âgées et les soins palliatifs.

Le centre Saint-Victor
La population des Hauts-de-France bénéficiera donc prochainement, dans le concept architectural modernisé, d’une offre repensée de soins garantissant les meilleures innovations et d’une offre hôtelière de dernière génération.

Réhabilitation et rénovation du Fontenoy

Début 2018, le CHU Amiens-Picardie a engagé une opération complexe de travaux pour une durée de 27 mois. Cette étape finale consiste en la réhabilitation d’un ancien bâtiment du site sud, dit Fontenoy. La restructuration concerne 55 000 m2 de bâtiment, une capacité de 303 lits d’hospitalisation complète MCO et SSR/MPR, une centaine de places (hôpital de jour, dialyse et chimiothérapie) mais également des espaces pour l’Anatomo-cytho-pathologie, l’UPCO, l’Etablissement français du sang (EFS), l’UCPA, le restaurant du personnel, les locaux tertiaires…).
Notons par ailleurs que le réseau actuel de tubes pneumatiques du bâtiment principal du CHU Amiens-Picardie, utilisé pour les prélèvements biologiques, sera agrandi et complété. Les services qui s’installeront dans le Fontenoy Hall 3 rénové pourront envoyer leurs prélèvements directement au laboratoire de biologie.
Enfin, le système des Automatic Guided Vehicles (AGV), véhicules autonomes et autoguidés qui transportent des rolls entre le bâtiment principal, le CBH et la plate-forme logistique, sera étendu au bâtiment Fontenoy Hall 3.

Transfert des activités du Nord et vente du site

La configuration transitoire de l’établissement est marquée par le maintien sur le site Nord de 237 lits et places de médecine et d’une activité hospitalière dans le bâtiment Saint-Vincent-de-Paul du site sud. La dernière étape du regroupement à l’issue des travaux sur le site sud sera le départ des services du site Nord qui sera libéré pour de nouveaux projets. Cette opération de transfert consistera à positionner les services dans leurs emplacements définitifs sans rupture d’activité au second semestre 2020. Dans le cadre de son redéploiement, le CHU, propriétaire de l’ensemble foncier de l’hôpital nord d’Amiens, a acté la cessation totale d’activité de ce site courant 2020.
La transformation du site nord du CHU pourra conduire à la création d’un nouveau quartier ouvert sur la ville, en utilisant les voieries internes et développant des accès permettant d’assurer les liaisons avec son environnement proche dont la Citadelle et son pôle universitaire.

Le site Nord

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.