Ophtalmo. Strasbourg coordonne ERN-EYE, réseau européen pour les maladies rares

29 professionnels de santé issus de 13 Etats membres de l’Union Européenne se sont réunis du 3 au 5 avril 2017 à Tübingen (Allemagne) sous la coordination du Pr Dollfus, des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. A l'issue de ces 3 jours d'intenses réunions, le réseau européen de référence pour les maladies ophtalmologiques a été lancé : l’ERN-EYE.

29 professionnels de santé issus de 13 Etats membres de l’UE se sont réunis du 3 au 5 avril 2017 à Tübingen (Allemagne) sous la coordination du Pr Dollfus, des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. A l’issue de ces 3 jours d’intenses réunions, le réseau européen de référence pour les maladies ophtalmologiques a été lancé : l’ERN-EYE

Les maladies rares ophtalmologiques sont les causes principales des troubles de la vision et de la cécité chez les enfants et jeunes adultes. Plus de 900 maladies rares ophtalmologiques sont répertorié sur le portail des maladies rares et médicaments orphelins (ORPHANET). Parmi elles, des maladies plus répandues comme la rétinite pigmentaire rencontrée dans une fréquence de 1 sur 5 000 mais également des maladies très rares décrites seulement une à deux fois dans la littérature. L’ERN EYE traitera ces cas au sein de quatre groupes thématiques :

  • maladies rares de la rétine, 
  • maladies rares neuro-ophtalmiques, 
  • maladies rares pédiatriques 
  • maladies rares du segment antérieur

De plus, six groupes de travail transversaux se pencheront sur les problématiques communes de ces quatre grands thèmes. Des groupes de travail additionnels consacreront leurs recherches sur des domaines spécifiques tels que les tests génétiques, les registres, la recherche, l’éducation, la communication et les patients.
L’objectif principal du réseau réside dans le développement d’une clinique virtuelle, intitulée EyeClin, garantissant la meilleure couverture possible des maladies rares et facilitant la diffusion de l’expertise par-delà les frontières.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.