Le Réseau Thématique de Recherche et de Soins est opérationnel

« CENTAURE », le Réseau Thématique de Recherche et de Soins dédié aux sciences de la transplantation entre dans sa phase opérationnelle. Le 27 août 2007, ses 7 fondateurs élisaient à l'unanimité le Professeur Jean-Michel DUBERNARD à la présidence du conseil d'administration. Le RTRS est porté par la Fondation de Coopération Scientifique CENTAURE dont le siège est à l'académie de Nantes.

« CENTAURE », le Réseau Thématique de Recherche et de Soins dédié aux sciences de la transplantation entre dans sa phase opérationnelle. Le 27 août 2007, ses 7 fondateurs élisaient à l’unanimité le Professeur Jean-Michel DUBERNARD à la présidence du conseil d’administration. Le RTRS est porté par la Fondation de Coopération Scientifique CENTAURE dont le siège est à l’académie de Nantes.

La fondation CENTAURE a pour ambition d’apporter les moyens permettant de favoriser le progrès médical dans le domaine de la transplantation.

De son côté le RTRS CENTAURE associe des équipes scientifiques et médicales du meilleur niveau, fédérées dans le cadre d’une stratégie partagée autour d’objectifs scientifiques et médicaux communs.

Le programme scientifique et la stratégie s’articulent autour de 6 axes prioritaires
• Etudier des mécanismes de la tolérance aux allogreffes dans des modèles expérimentaux et chez l’homme,
• Comprendre et dissection des causes de perte tardive du greffon,
• Structurer un pôle européen de référence dans le domaine de la greffe chez le sujet diabétique, incluant les double greffes rein/pancréas, la greffe de pancréas isolé et la greffe d’îlot de Langerhans,
• Dynamiser les collaborations avec la biotechnologie et l’industrie pharmaceutique au service des sciences de la transplantation,
• Développer la 1ère banque de données dédiée à la transplantation en Europe,
• lancer des programmes innovants, l’ambition étant de devenir le leader mondial dans le domaine de la greffe de tissu composite et de permettre ainsi à la France d’être parmi les premiers dans la mise en place clinique des xénogreffes, le développement des molécules immunosuppressives nouvelles et dans les programmes de médecines personnalisées.

Pour atteindre ces objectifs, la fondation engagera différentes mesures. Elle va notamment déployer des programmes de recherche innovants d’envergure internationale, accueillir des chercheurs de haut niveau, participer à des programmes de formation spécifiques, renforcer les infrastructures technologiques et des services communs, et organiser ou particper à des évènements scientifiques internationaux. Enfin, elle fera évoluer l’organisation afin de raccourcir les délais d’application des avancées de la recherche à la clinique.

Le capital initial de la fondation est composé d’une dotation de 5M€ de l’Etat et d’une dotation des fondateurs de 2,45M€.

Les 7 fondateurs de Centaure : l’université de Nantes, le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes, l’Université Claude Bernard de Lyon, les Hospices Civils de Lyon, l’Université René Descartes de Paris V, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et l’INSERM)
Directeur de la fondation : Jean-Paul SOULILLOU

Contact
M. François GRIMONPREZ – 06.72.37.02.46
f.grimonprez@orange.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.