Tester la vision 3D, visionner des vidéos d’opérations réalisées en bloc opératoire et rencontrer les chirurgiens en urologie, gynécologie, cardiologie et ORL du CHU qui utilisent le robot au quotidien. Le 20 février 2013, le CHU de Bordeaux offrait à 800 personnes, de 7 à 77 ans, une occasion unique de se familiariser avec la chirurgie high tech.

Tester la vision 3D, visionner des vidéos d’opérations réalisées en bloc opératoire et rencontrer les chirurgiens en urologie, gynécologie, cardiologie et ORL du CHU qui utilisent le robot au quotidien. Le 20 février 2013, le CHU de Bordeaux offrait à 800 personnes, de 7 à 77 ans, une occasion unique de se familiariser avec la chirurgie high tech. Nouveaux explorateurs des organes du corps humain, patients, familles, visiteurs, personnel médical et soignant du CHU, étudiants en cursus médical et para médical, médecine de ville… se sont retrouvés aux commandes du robot chirurgical. A l’issue des démonstrations, ils ont pu partager avec les spécialistes leur fascination pour la médecine du futur.
Témoignages
« Cette journée était riche d’échanges. Nous avons fait de nombreuses démonstrations. Les curieux ont pu constater qu’il était facile d’acquérir les gestes pour prendre en main le robot. Ils ont été surpris par la vision que nous avons du corps. Nous avons montré ce qu’est ce « truc » mystérieux, le robot, et qu’il ne se pilote pas tout seul. Heureusement, il y a un chirurgien derrière… », précise le docteur Vanessa Conri, gynécologue au CHU de Bordeaux
« On a l’impression d’être dans un jeu vidéo ! C’est bien plus intuitif que je ne l’imaginais. En plus les chirurgiens sont là pour donner des explications. » confie un jeune visiteur venu pour l’occasion
« Je vais bientôt me faire opérer avec le robot et cette journée a été pour moi une formidable occasion de découvrir l’équipement et de poser des questions à mon chirurgien qui était présent ! »
« Impressionnant ! Nous voyons comme si nous étions à l’intérieur du corps avec une vision des organes en 3D. J’entends parler de ce robot depuis longtemps et j’avais envie de voir de près à quoi il ressemblait. C’est la chirurgie du futur ! » Maxime D., étudiant en première année de médecine.
La chirurgie robotique au service du patient
Le CHU de Bordeaux s’est doté en 2010 d’un équipement chirurgical révolutionnaire : le robot Da Vinci® de dernière génération.
Avec l’acquisition de cet équipement, l’établissement démontre son engagement en faveur d’une politique d’innovation dynamique et sa volonté d’offrir une médecine de pointe à la portée du plus grand nombre.

Grâce à cette assistance robotique, le patient peut bénéficier d’une chirurgie précise, mini-invasive – dans le cadre de pathologies complexes – et d’une durée d’hospitalisation nettement raccourcie.
A ce jour, 500 patients pris en charge au CHU ont bénéficié de cette chirurgie.
Au CHU de Bordeaux, la multidisciplinarité est la règle : le robot chirurgical est utilisé dans 4 disciplines bien spécifiques : cardiologie, gynécologie, ORL et urologie.
A souligner : les patients bénéficient de ce dispositif sans aucun dépassement d’honoraire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.