Le robot chirurgical arrive en Bretagne, à Brest et à Rennes !

Les deux hôpitaux universitaires bretons, les CHU de Rennes et de Brest vont s'équiper dans les semaines qui viennent d'un robot chirurgical, première installation du genre dans la région Bretagne.

Les deux hôpitaux universitaires bretons, les CHU de Rennes et de Brest vont s’équiper dans les semaines qui viennent d’un robot chirurgical, première installation du genre dans la région Bretagne.

Cet équipement apporte un réel progrès dans les alternatives aux techniques chirurgicales classiques avec des incisions très petites, une douleur réduite, des suites d’intervention plus simples.

Le robot est en quelque sorte l’assistant du chirurgien. Celui-ci est installé derrière une console à distance du patient. Un écran lui apporte une vision en trois dimensions de haute définition de la zone d’intervention. Des bras mécaniques convertissent ses gestes, mêmes complexes, sur des instruments placés à l’intérieur du patient, en mouvements fins et précis. Certaines interventions particulièrement délicates sont ainsi rendues plus aisées.
Plusieurs CHU ont déjà acquis cet équipement d’une valeur de deux millions d’euros qui sera installé à Rennes en mai et à Brest en juin. La montée en charge de l’activité se fera progressivement.

A Brest, les premières interventions sont programmées la mi-juin et concerneront également des malades d’urologie.
L’installation du robot chirurgical sur le site de La Cavale Blanche, qui a nécessité quelques travaux au sein du bloc opératoire central, sera finalisée à la fin du mois de mai. Son positionnement permettra à cet équipement d’être utilisé en chirurgie digestive, gynécologique et cardiologique. Dès l’automne, plusieurs autres disciplines chirurgicales débuteront la formation à l’utilisation de l’équipement.

A Rennes, la machine est installée dans le bâtiment principal de l’hôpital Pontchaillou dans le bloc opératoire d’urologie. Comme la plupart des CHU déjà équipés, c’est cette discipline qui est l’utilisatrice principale pour la chirurgie de la prostate, du rein et de la vessie.
En septembre 2010, la chirurgie digestive programmera à son tour des interventions principalement sur l’oesophage.
Enfin en 2011, la chirurgie gynécologique utilisera également le robot dans le domaine du cancer notamment de l’utérus.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.