Le SAMU 42 a 30 ans !

Le 6 juin 1977 était créé au CHU de Saint-Etienne le Service d'Aide Médicale Urgente pour secourir les accidentés de la route et les malades graves à domicile. Depuis, si le SAMU fait moins de traumatologie, il réalise 80% d'urgences médicales (cardiaques, vasculaires, neurologiques, toxicologiques… sans oublier la pédiatrie). Il effectue par ailleurs 50 % de son activité en transports inter-hospitaliers dans toute la région pour le rayonnement du CHU. Ce sont quelques 150 000 affaires qui sont traitées chaque année, soit 10 fois plus qu'il y a dix ans.

Le 6 juin 1977 était créé au CHU de Saint-Etienne le Service d’Aide Médicale Urgente pour secourir les accidentés de la route et les malades graves à domicile. Depuis, si le SAMU fait moins de traumatologie, il réalise 80% d’urgences médicales (cardiaques, vasculaires, neurologiques, toxicologiques… sans oublier la pédiatrie). Il effectue par ailleurs 50 % de son activité en transports inter-hospitaliers dans toute la région pour le rayonnement du CHU. Ce sont quelques 150 000 affaires qui sont traitées chaque année, soit 10 fois plus qu’il y a dix ans.

Un virage s’est opéré en janvier 1991 à l’ouverture du Centre 15, qui constitue une entité à part entière au sein du SAMU. « Le 15 est devenu une plate-forme médicale d’urgence où l’on reçoit beaucoup d’appels pour de l’aide qui n’a rien à voir avec l’urgence : une jeune maman qui s’inquiète pour une fièvre soudaine, une personne qui a besoin de parler », confit le Dr Jean-Louis Blanc, directeur adjoint du SAMU. Le Centre 15 remplit une mission sociale aujourd’hui avérée.

L’autre fait marquant de ces trente années de SAMU est l’introduction en 1988 de l’hélicoptère. Avec Créteil et Toulouse, Saint-Etienne est le 3e SAMU en France à avoir eu un tel appareil. « Ce moyen de transport a considérablement changé la façon de travailler », indique le Dr Guy-François Jomain. Le SAMU 42 figure ainsi parmi les leaders dans l’utilisation qu’il en fait. Son usage ne se limite pas à des transferts de patients mais il se rend au plus près des urgences sur le terrain. C’est ainsi que les délais d’intervention ont été divisés par trois, 50 % des kilomètres parcourus dans le service sont effectués en hélicoptère et la création d’une équipe supplémentaire a été évitée.
Non sans fierté, le Dr Guy-François Jomain parle du dernier appareil acquis en 1997 : le premier bi-turbine en France. Le seul également qui soit jaune, ce qui a fait sa renommée et contribue au rayonnement du CHU.

Pour information
– 7 103 sorties ont été effectuées en 2005.
– 80 personnes travaillent au SAMU. 12 médecins temps pleins, des dizaines de vacataires, une quinzaine d’infirmières, autant de permanenciers et d’ambulanciers, des agents des services hospitaliers qui tous se relaient 24 heures sur 24. Le secrétariat assure la gestion des 150 000 dossiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.