Le Samu 69 de Lyon expérimente SAUV Life

L'application gratuite « SAUV Life » qui permet à tous de devenir « citoyen sauveteur » arrive dans le Rhône. Le Samu 69 des Hospices Civils de Lyon l'expérimente depuis mars 2019.

L’application gratuite « SAUV Life » qui permet à tous de devenir « citoyen sauveteur » arrive dans le Rhône. Le Samu 69 des Hospices Civils de Lyon l’expérimente depuis mars 2019.
50 000 personnes meurent d’un arrêt cardiaque en France chaque année. Dans le Rhône, 1.040 arrêts cardiaques non attendus ont été pris en charge par un Smur en 2018, soit presque 3 par jour. Ces chiffres ne sont pourtant pas une fatalité. La chaîne de survie qui désigne l’ensemble des gestes et moyens qui permettent d’augmenter le nombre de personnes sauvées repose sur une reconnaissance de l’arrêt cardiaque par le témoin (la victime ne réagit pas et ne respire pas), une alerte précoce aux services de secours (les sapeurs-pompiers via le 18 ou le SAMU via le 15) et la mise en place rapide de gestes simples qui permettent de sauver des vies : massage cardiaque et pose d’un défibrillateur accessible au grand public avant l’arrivée des secours spécialisés.

« 1 minute sans massage cardiaque = 10% de survie en moins »

Chaque minute passée sans pratiquer de massage cardiaque fait perdre 10% de chance de survie aux victimes d’arrêt cardiaque. Le délai moyen d’arrivée des secours auprès des victimes dépassant les dix minutes, les témoins sur place sont les premiers à pouvoir pratiquer les gestes permettant de sauver la victime d’un arrêt cardiaque. D’où l’importance de l’application SAUV Life. 

SAUV Life : comment ça marche ? 

1 Le SAMU reçoit un appel pour un arrêt cardiaque, il envoie simultanément une équipe de secouristes sapeurs-pompiers et une équipe médicale du SAMU, et déclenche l’application SAUV Life.
2 Les citoyens volontaires inscrits sur l’application sont géolocalisés et ceux se trouvant à proximité sont dirigés, s’ils acceptent, vers la victime de l’arrêt cardiaque.
3 Au téléphone, le SAMU indique aux citoyens volontaires les gestes qui sauvent à effectuer. 
4 Les citoyens volontaires réalisent les gestes qui sauvent en attendant les secours. Puis, le SAMU prend le relai une fois arrivé sur place.
A lire également :
Déploiement au CHU de Rouen de l’application qui sauve des vies
Arrêt cardiaque : le SAMU 38 adopte SauvLife, l’appli citoyenne qui sauve des vies
SauvLife : lancement à Lille de l’appli qui va sauver des vies

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.