Le service biomédical certifié ISO 9001

Le label ISO 9001 version 2008 a été délivré au service biomédical du CHU de Reims le 15 janvier 2010 pour une durée de 3 ans. Entamée en mars 2008, la démarche de certification ISO 9001 du service biomédical s'inscrit dans le prolongement de la certification HAS 2008 du CHU. Audité par l'AFAQ-AFNOR, le service biomédical a pu répondre à toutes les exigences de la norme comme la performance des méthodes utilisées, l'efficacité des processus, la satisfaction des pôles et des services ou encore la conformité aux exigences réglementaires.

Le label ISO 9001 version 2008 a été délivré au service biomédical du CHU de Reims le 15 janvier 2010 pour une durée de 3 ans. Entamée en mars 2008, la démarche de certification ISO 9001 du service biomédical s’inscrit dans le prolongement de la certification HAS 2008 du CHU. Audité par l’AFAQ-AFNOR, le service biomédical a pu répondre à toutes les exigences de la norme comme la performance des méthodes utilisées, l’efficacité des processus, la satisfaction des pôles et des services ou encore la conformité aux exigences réglementaires.

Aucune non-conformité n’a été relevée. 10 points sensibles, qu’il conviendra de rectifier pour l’audit de suivi* en 2011, ont été signalés, ainsi que 10 points forts. Cette certification atteste de la capacité du service biomédical à s’engager dans une démarche d’amélioration continue de la qualité mesurée par la mise en place d’indicateurs. L’objectif visé est double : améliorer la prestation rendue par le service biomédical aux différents services de l’établissement et poursuivre la réduction des coûts liés à la non-qualité tout en optimisant les ressources, tant humaines que financières.

Principaux points forts
Implication de la direction, organisation du système de management de la qualité (à travers la cartographie des processus), gestion documentaire, maîtrise du produit (dispositif médical) non conforme, planification de la qualité (amélioration continue).

Principaux points sensibles
Marche en avant des dispositifs médicaux au sein des locaux, fiches de poste à améliorer, évaluation des fournisseurs à déployer.

* la démarche de certification ISO 9001 comprend un audit de suivi annuel pendant deux ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.