Le Service Infirmier de Compensation et de Suppléance (SICS)

Passer de 39 heures de travail hebdomadaire à 35 alors qu'augmentent les exigences de qualité des soins, de sécurité et de communication relève du défi. Au CHU de Fort de France, les 128 postes accordés par l'ARH ne seront intégralement créés qu'en 2004.

Passer de 39 heures de travail hebdomadaire à 35 alors qu’augmentent les exigences de qualité des soins, de sécurité et de communication relève du défi. Au CHU de Fort de France, les 128 postes accordés par l’ARH ne seront intégralement créés qu’en 2004. En attendant cette échéance, l’établissement a fait évoluer son organisation interne. Ainsi, l’accord local « CHU 2002 » prévoit la création d’un service infirmier de Compensation et de Suppléance et la mise en place d’équipes fixes de nuit.

Le SICS : une équipe au service des unités de soins
Assurer la continuité des soins avec du personnel formé à la polyvalence, telle est la mission première du SICS. Créé en novembre 2001, le service s’est peu à peu étoffé. Aujourd’hui l’équipe est composée de 7 aides-soignants de nuit, de 4 aides-soignants de jour et de 12 infirmières de nuit.

Priorité aux urgences et au renfort des équipes de nuit.
Principalement affectées aux équipes fixes de nuit, les personnels du SICS compensent des jours RTT, remplacent les absences imprévues et de courte durée (7 jours maximum) et renforcent des équipes lorsque la charge en soins est temporairement augmentée.

La polyvalence se construit avec l’expérience
Les agents du SICS font preuve d’une grande motivation et d’une excellent capacité d’adaptation. Des atouts essentiels pour ces « polyvalents des soins ».
Une récente enquête réalisée par Anne-Marie Molinard, cadre infirmier au SICS, montre que ces professionnels apprécient la découverte des nombreuses spécialités ce qui leur permet d’acquérir une expérience variée. Cependant, la peur de l’inconnu n’est pas totalement vaincue et certains appréhendent leur nouvelle affectation.. Pour faciliter leur adaptation, les agents sont rattachés à un service référent durant un ou deux mois.
Interrogés sur les principales difficultés rencontrées lors de leur remplacement, les agents du SICS ont signalé les prescriptions médicales, pas toujours rédigées ou mises à jour de façon claire et précise, le manque de connaissance de certains matériels, le manque d’uniformisation des pratiques dans les différents services.

Un regard extérieur toujours utile : il arrive d’ailleurs que les agents du SICS soumettent de nouvelles idées aux services qui les accueillent !

Enfin l’étude a permis de dégager des pistes d’amélioration :
-la création d’un SICS sur l’hôpital Victor Fouche,
-le rallongement de la période d’intégration
-la nécessité de limiter les remplacements sur 3 ou 4 services pendant plusieurs mois afin de diminuer le stress et d’améliorer la qualité des prestations de soins
-la mise à disposition d’une salle et de vestiaires pour le personnel
-la poursuite d’une réflexion autour de la gestion des compétences des personnels du SICS…
Un programme qui permettra d’améliorer le service rendu par le SICS et de renforcer la polyvalence de ses agents.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.