Le sommeil a sa journée : le 16 mars 2012

Le CHU d’Amiens-Picardie s’associe à la 12ème journée du sommeil organisée sur le thème « Sommeil et performance : de l’excellence au quotidien ». De 10h à 16h, l’Unité de Pathologie du Sommeil et de la Vigilance renseignera le public sur cette aide naturelle et essentielle qui détermine nos performances pysiques et intellectuelles.

Le CHU d’Amiens-Picardie s’associe à la 12ème journée du sommeil organisée sur le thème « Sommeil et performance : de l’excellence au quotidien ». De 10h à 16h, l’Unité de Pathologie du Sommeil et de la Vigilance renseignera le public sur cette aide naturelle et essentielle qui détermine nos performances pysiques et intellectuelles.
Du soir au matin, nous sommes tous différents. En moyenne, nous dormons environ 8 heures par nuit mais pour certains 5 heures de sommeil suffisent : ce sont les "petits dormeurs", d’autres ont besoin de 9 à 10 heures de sommeil : ce sont les "gros dormeurs". Certains sont "du matin", d’autres "du soir". Ces besoins en sommeil différents d’un sujet à l’autre sont génétiquement déterminés et hérités de nos parents.
En fait, le seul signe d’un sommeil suffisant est de se sentir en bonne forme dans la journée. Notre besoin fondamental en sommeil se heurte malheureusement le plus souvent aux exigences et aux contraintes de notre vie socio-professionnelle. Si ces conflits sont trop importants ou trop répétés, nous risquons de dégrader nos rythmes biologiques et d’en subir les effets.
Il faut savoir aussi que l’âge est un facteur important dans l’organisation de notre sommeil. Il est évident qu’un enfant ne dort pas comme une personne âgée. Vers 50 ans, en général, le temps de sommeil diminue et l’on se réveille plus tôt. Nous supportons aussi beaucoup moins bien les changements de rythme. Nous nous remettons facilement d’une nuit blanche à 20 ans …. Beaucoup moins à 50 ans. Notre sommeil s’allège. Les éveils nocturnes sont plus fréquents et les ré endormissements plus difficiles. Et, plusieurs éveils nocturnes donnent souvent l’impression de ne pas avoir fermé l’œil de la nuit …
La journée du sommeil est organisée par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance.  Cette campagne annuelle poursuit un triple objectif :
– Sensibiliser le public.
– Favoriser le dépistage et rappeler que des structures de soins existent lorsque le sommeil devient pathologique.
– Poursuivre la reconnaissance engagée des troubles du sommeil comme élément de santé publique.
 A cette occasion, des centres du sommeil ou structures spécialisées ouvrent leurs portes, avec la participation d’associations de malades et d’éducation pour la santé, pour accueillir, informer et sensibiliser le public sur les troubles et l’hygiène du sommeil.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.