Le sport contre le cancer: le CHU de Brest dans les starting-blocks

Le CHU et la ville de Brest ont initié un programme spécifique destiné aux patients atteints d’un cancer. Objectif du projet: permettre la pratique d’une activité physique adaptée à chaque patient, en fonction de sa pathologie. Dragon boat, tir à l’arc, aquagym, escrime, nage avec palmes, marche nordique sont désormais au programme.
Le CHU et la ville de Brest ont initié un programme spécifique destiné aux patients atteints d’un cancer. Objectif du projet: permettre la pratique d’une activité physique adaptée à chaque patient, en fonction de sa pathologie. Dragon boat, tir à l’arc, aquagym, escrime, nage avec palmes, marche nordique sont désormais au programme.
Depuis plusieurs années, le service d’oncologie du CHRU de Brest propose une activité physique adaptée aux patients atteints d’un cancer. Pendant leur traitement, les patients peuvent également bénéficier de la pratique du sport au sein même du service d’hématologie: ce service est le premier à proposer une salle de sport aux patients.
Autant de possibilités offertes dans le cadre du projet commun mis en oeuvre par le Dr Gwenaëlle Madouas, médecin du sport à Brest et les Dr Hélène Simon, oncologue et Dr Adrian Tempescul, hématologue, au CHU de Brest, avec la Ville de Brest et la Ligue contre le Cancer.
Grâce à une collaboration étroite avec la ville de Brest, de nombreuses activités sont désormais proposées aux patients qui peuvent ainsi en bénéficier après accord de leur médecin. La ville de Brest et ses partenaires ont ainsi développé les activités suivantes, en lien avec le CHRU de Brest et la Ligue contre le cancer: dragon boat, tir à l’arc, aquagym, escrime, nage avec palmes, marche nordique.

Une arme efficace contre le cancer

Les activités sportives adaptées permettent, en effet, aux personnes en soin, en rémission ou guéries de récupérer leurs capacités physiques altérées par la maladie et ses traitements. De nombreuses études démontrent du reste que le sport diminue les effets secondaires des traitements, tant sur le plan physique que psychologique. Par exemple, la fonte musculaire ou la fatigue se trouvent réduite par une pratique soutenue et régulière.
Pour qu’un programme d’activité physique soit efficace, il est important de le démarrer le plus précocement possible après le diagnostic, d’où la nécessité de proposer une activité physique sur les lieux de soins, en collaboration étroite avec les équipes médicales.

"Bouger pour guérir": tout un programme

Le Collectif «Bouger pour guérir» créé en 2014 rassemble des partenaires et associations sportives brestoises qui permettent de densifier l’offre proposée aux patients. Certaines activités s’ouvrent à d’autres pathologies, élément nouveau, ce qui n’était pas le cas par le passé. La nouvelle saison sportive propose de nouvelles activités comme les activités gymniques et la course à pied.

Des soins performants dans un environnement humain

Les oncologues médicaux aidés par les équipes soignantes, les diététiciennes, les kinésithérapeutes, les assistantes sociales et les psychologues accompagnent les patients tout au long de leur parcours et au travers de l’activité physique adaptée. D’autres soins de support sont ainsi proposés (exemple : suivi nutritionnel) et l’après-cancer est préparé.
«La vocation de toute l’équipe est d’assurer des soins performants, dans un environnement humain tout en maintenant un dialogue permanent avec les médecins référents libéraux ou hospitaliers des patients, tout cela pour une prise en charge individualisée et de qualité», rappelle le Dr Hélène Simon, responsable du service d’Oncologie ».

Le sport contre la fatigue et pour une meilleure qualité de vie

Le sport est le meilleur et le seul remède prouvé contre la fatigue. Le maintien d’une masse musculaire limite les effets indésirables des chimiothérapies. Il permet de lutter contre les douleurs articulaires et musculaires générées par certaines thérapies (hormonothérapie du cancer du sein par exemple).
Pendant et après les traitements : le sport améliore la qualité de vie. Il diminue l’anxiété et les troubles du sommeil. Il permet de se réapproprier son corps. Il permet de rompre son isolement, de sortir de l’hôpital.
Après les traitements: le sport contribue à la guérison. Il aide à récupérer plus vite des effets secondaires. Il permet de réduire les séquelles de la chirurgie ou de la radiothérapie. Pour certains cancers, il diminue de façon importante le risque de rechute prouvant ainsi l’aspect curatif de l’activité physique.
Pour en savoir plus :
Webmag «Sport et cancer»

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.