Le système d’information du patient confié à Thales-General Electric

L'AP-HP vient d'achever la première étape de son ambitieux programme de modernisation informatique, en faveur du système d'information clinique. Dossier unique, qualité, fluidité, sont au coeur du Domaine Patient dont le marché vient d'être attribué au consortium Thales-General Electric.

L’AP-HP vient d’achever la première étape de son ambitieux programme de modernisation informatique, en faveur du système d’information clinique. Dossier unique, qualité, fluidité, sont au coeur du Domaine Patient dont le marché vient d’être attribué au consortium Thales-General Electric.

Le système d’information actuel de l’AP-HP est très dispersé. Avec une centaine d’applications de base, il se caractérise par une grande hétérogénéité qui ne concourt pas suffisamment à l’efficience d’un ensemble hospitalier accueillant chaque année 5 millions de consultations, 1 million d’hospitalisations et emploie 91 000 personnes. Pour répondre à ses nouveaux enjeux et consolider la modernisation de son organisation, l’AP-HP a engagé un important programme d’investissement informatique qui concerne quatre grands domaines fonctionnels : Patient ; Ressources humaines ; Économie, finances et logistique ; Pilotage. Il permettra aux équipes hospitalières d’avoir accès à une informatique moderne, fiable, efficace et communicante à l’intérieur et à l’extérieur de l’AP-HP selon un déploiement progressif d’ici 2012.

L’objectif du nouveau système d’information Patient vise une amélioration de la qualité de l’information recueillie, l’assistance à la sécurisation et à la gestion des soins, l’aide à l’organisation des séjours. Il permettra de restituer du temps médical et soignant au coeur de métier, le soin, et contribuera à fluidifier la prise en charge.

Le dialogue compétitif du domaine Patient lancé en décembre 2005 vient de trouver sa conclusion. Il a permis de définir une solution technique adaptée aux spécificités et contraintes du projet, mais également de préciser les modalités organisationnelles d’un processus de déploiement industriel impliquant 72 000 utilisateurs répartis sur 43 sites.

A l’issue de ce dialogue, auquel participaient trois industriels, le choix de la Commission d’Appel d’Offre s’est porté sur la solution proposée par le consortium Thales-Général Electric dont le montant s’élève à environ 75 M€.

L’offre retenue doit permettre la constitution d’un dossier unique AP-HP, permanent et partagé entre les différents professionnels, quel que soit le point d’entrée initial du malade et sa circulation ultérieure dans les hôpitaux de l’AP-HP. Grâce à une prescription optimisée des examens et des médicaments, elle permettra une amélioration de la sécurité des soins. Par une meilleure gestion des rendez-vous et des ressources soignantes disponibles, elle évitera également la perte de temps et la redondance d’examens inutiles. Sa mise en oeuvre comprendra quatre étapes.

Calendrier
Au cours du premier semestre 2008, un serveur d’identité unique commun à l’ensemble des hôpitaux sera mis en place.

La seconde étape, parallèlement initiée, sera consacrée à adapter le logiciel fourni par l’éditeur aux besoins de l’AP-HP ainsi qu’au processus d’industrialisation qu’appelle un déploiement d’une telle ampleur. Cette phase est évaluée à 18 mois.

En septembre 2008, un hôpital pilote évaluera l’ensemble des fonctionnalités, autres que l’identité unique, du logiciel préalablement adapté. Afin de valider le processus de déploiement, cette étape sera suivie d’une expérimentation par deux pôles d’activité clinique choisis dans deux hôpitaux.

En avril 2009, débutera la généralisation de la solution dont la montée en charge s’étalera sur trois ans avec un déploiement hôpital par hôpital. Ce déploiement sera effectué dans le cadre d’une assistance renforcée des unités de soins associant, au sein d’une équipe mixte, expert métier et expert projet dédié.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.