Le téléphone portable : nouveau relais de santé

Le téléphone mobile comme outil de prévention, comme support d'information individualisée en matière de santé ? Un défi pour Orange et le CHU de Nice ! Ils se sont associés pour examiner si le téléphone portable peut devenir un relais efficace entre les équipes de soins et les patients. De nouvelles fonctionnalités sont à l'étude qui, bientôt, changeront la vie des patients.

Le téléphone mobile comme outil de prévention, comme support d’information individualisée en matière de santé ?
Un défi pour Orange et le CHU de Nice ! Ils se sont associés pour examiner si le téléphone portable peut devenir un relais efficace entre les équipes de soins et les patients. De nouvelles fonctionnalités sont à l’étude qui, bientôt, changeront la vie des patients.

Le téléphone mobile : en interdire ou en limiter l’usage au sein des hôpitaux
L’utilisation du téléphone mobile est strictement réglementée dans les hôpitaux français. L’interdiction généralisée du téléphone mobile à l’hôpital est cependant rarement respectée. Dès lors, un assouplissement de la réglementation ou un ciblage plus précis des zones où l’usage du GSM ne créerait aucun préjudice aux appareils répondrait sans doute mieux à la problématique. Pour cela, Orange a choisi le CHU de Nice pour réaliser une étude visant à établir techniquement l’impact réel des portables sur les équipements biomédicaux et les dispositifs implantables. Elle sera suivie de recommandations en terme d’usage, qui seront soumises au Ministère de la Santé afin de faire évoluer la réglementation en vigueur.


Le téléphone mobile : un outil moderne pour mieux gérer les rendez-vous

Le nombre de patients qui ne viennent pas à leur rendez-vous est un réel problème pour les services de soins. En vue d’assurer une meilleure organisation des consultations, un SMS (message écrit envoyé automatiquement sur le téléphone portable) sera adressé au patient quelques jours avant le rendez-vous afin de le lui rappeler. Ce système devrait contribuer à assurer une optimisation dans la gestion des rendez-vous de consultations et à diminuer in fine les délais de prise en rendez-vous.

Le téléphone mobile : pour une information individualisée en matière de santé
Le mobile pourra également constituer un outil d’aide à l’observance thérapeutique. L’inefficacité d’un traitement est souvent due à des problèmes de prise en charge par le patient de son propre traitement. Tel est le cas de thérapies particulièrement lourdes, comme celles dont sont tributaires les patients atteints du VIH. Un oubli de médicaments peut se révéler désastreux. Dès lors, un ou plusieurs SMS élaborés en fonction du profil du patient lui rappelleront de prendre ses médicaments et d’en confirmer la prise afin de s’assurer du résultat escompté. Ceci permettra d’améliorer l’efficacité des traitements, d’éviter d’éventuelles complications et donnera au médecin une meilleure visibilité sur l’observance thérapeutique de son patient.

Enfin, selon une étude récente publiée dans le « New England Journal of Medicine », l’envoi de messages de motivation aux personnes qui tentent d’arrêter de fumer améliore sensiblement les chances de succès. Ce soutien est également envisageable au bénéfice des personnes qui entreprennent un régime amaigrissant. Orange et le CHU de Nice pourront expérimenter ce procédé, étudier la forme et la fréquence de ces messages, et apporter ainsi leur contribution aux efforts du patient dans ces moments souvent difficiles.

Le téléphone mobile : outil d’éducation et de prévention
Le téléphone mobile peut contribuer à améliorer la qualité de vie du patient atteint d’une pathologie chronique (diabète, maladies cardiaques ou asthme?). L’utilisation du SMS comme outil de prévention pourra ainsi se traduire par l’envoi de messages informant par exemple, les asthmatiques de pics de pollution ou les personnes atteintes d’allergie au pollen des données locales de pollinisation.

Il est également possible d’envisager le transfert de données médicales (taux de glycémie quotidiens, ECG, réaction aux anticoagulants?) du patient au médecin de ville et/ou au médecin hospitalier. Ce suivi à distance permet un enregistrement systématique des données du patient et donc, un suivi plus précis de l’évolution de sa maladie et une amélioration de sa prise en charge.


Un partenariat original entre le CHUN et Orange.

Le CHU de Nice se veut pôle d’excellence où les patients peuvent accéder aux dernières technologies diagnostiques et thérapeutiques. Le partenariat avec Orange participe à son objectif d’adaptation continue à l’évolution technologique grâce à l’expérimentation d’outils favorisant les échanges d’information interactifs entre les partenaires de santé et entre les acteurs de santé et leurs patients.
Par ailleurs, le partenariat concourt au projet du CHUN de devenir un « pôle de référence en santé publique » à l’horizon 2006 au sein duquel la téléphonie mobile peut devenir un outil au service d’une plus grande implication du patient dans la gestion de sa maladie.
Enfin, le développement d’une politique de réseaux ne pouvait s’envisager sans l’appui de techniques de communication performantes entre les acteurs des réseaux de soins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.