Le temps venu de la résilience à Grenoble

Après avoir connu un drame, le suicide d'un neurochirurgien le 2 nov 2018 et traversé une période de tensions, le CHU de Grenoble entre dans une phase de résilience. Il a présenté ce jour un plan d'action pour l'amélioration de la qualité de vie au travail lors d’une conférence de presse, en présence des parlementaires et des élus du Sud Isère, des membres du Conseil de Surveillance, des équipes de Pôles et des représentants des professionnels médicaux et non médicaux des instances du CHUGA.

Après avoir connu un drame, le suicide d’un neurochirurgien le 2 nov 2018 et traversé une période de tensions, le CHU de Grenoble entre dans une phase de résilience. Il a présenté ce jour un plan d’action pour l’amélioration de la qualité de vie au travail lors d’une conférence de presse, en présence des parlementaires et des élus du Sud Isère, des membres du Conseil de Surveillance, des équipes de Pôles et des représentants des professionnels médicaux et non médicaux des instances du CHUGA. Cette diffusion marque l’aboutissement de 4 mois de rencontres et d’échanges avec les Hospitaliers.
Conformément à son engagement, la Gouvernance du CHU Grenoble Alpes a co-construit ce programme avec les différentes instances de l’établissement. Intitulé « Vers un collectif rassemblé au service de la santé », ce Plan d’action a permis de recenser plus de 400 idées et propositions issues du terrain. Il est appelé à s’adapter aux besoins des professionnels et à évoluer au fil du temps. Ce plan d’action a été présenté par la gouvernance du CHUGA.
Un plan en quatre axes prioritaires…
les enjeux de management, la gestion des risques psychosociaux et des conflits, la gestion des ressources humaines et la gouvernance.
…et en 6 actions stratégiques

1- La mise en place du 1er baromètre Qualité de vie au travail (QVT) pour tous les professionnels et d’une instance de pilotage et de suivi du plan d’action
2- La prise en charge des situations de souffrance et de conflits par des dispositif d’alerte RPS (Risques Psychosociaux) et le déploiement de médiateurs internes et externes
3- Le renforcement du management de proximité avec l’élaboration d’une charte relationnelle et d’une charte informatique au sein du règlement intérieur pour diminuer le niveau de tension, la systématisation des formations et la synchronisation des temps médicaux et paramédicaux
4- Le développement de la communication par davantage de temps de concertation et d’information : réunions de service, supports de communication au sein des pôles et services et focus sur les projets du CHUGA,
5- La clarification des périmètres d’action comprend des mesures concernant la simplification des modalités d’instruction des projets et l’évolution de la CME avec le renforcement de la concertation au sein de cette instance,
6- Une plus grande cohésion des hospitaliers avec la transparence et visibilité des postes vacants et l’amélioration du parcours d’intégration.
Pour télécharger le document
Sur le même sujet
CHU Grenoble Alpes : Etre le laboratoire du nouveau management à l’Hôpital

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.