Le toulousain Jean Dausset, prix Nobel de médecine honoré à l’hôpital Purpan

Désormais l’avenue principale du site hospitalier de Purpan et le hall d’accueil du nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet porteront le nom du pionnier de l’immunologie des greffes : le Professeur Jean Dausset (1916-2009), prix Nobel de Médecine en 1980. Un hommage que la communauté hospitalo-universitaire toulousaine à voulu rendre à l'éminent découvreur du système HLA pour Human Leucocyte Antigens. La cérémonie chaleureuse et émouvante s'est déroulée le 29 octobre 2014

Désormais l’avenue principale du site hospitalier de Purpan et le hall d’accueil du nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet porteront le nom du pionnier de l’immunologie des greffes : le Professeur Jean Dausset (1916-2009), prix Nobel de Médecine en 1980. Un hommage que la communauté hospitalo-universitaire toulousaine à voulu rendre à l’éminent découvreur du système HLA pour Human Leucocyte Antigens. La cérémonie chaleureuse et émouvante s’est déroulée le 29 octobre 2014 en présence de Madame Rose Dausset, son épouse, de sa fille et de ses nombreux élèves toulousains qui ont dévoilé une plaque commémorative.
Professeur au Collège de France, le Pr. Jean Dausset est né à Toulouse en 1916.  Il a reçu le prix Nobel de Médecine en 1980 pour sa découverte du système HLA, marqueurs du système immunitaire. Il a contribué à installer à l’hôpital Purpan un laboratoire d’histocompatibilité et d’immunologie ainsi qu’une unité de recherche de l’Inserm (U 100). Un progrès dans la prévention du rejet immunologique des greffes d’organes. Désormais les équipes prennent en compte la compatibilité tissulaire entre le donneur et le receveur.
En savoir plus sur
Le nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet de 600 lits du CHU de Toulouse situé sur le site de Purpan à proximité immédiate de la ligne de Tramway T1, redessine  l’ensemble hospitalier. Il regroupe les spécialités du pôle Institut Locomoteur (chirurgie orthopédique et traumatologie, rhumatologie),  du pôle Neurosciences (neurologie, neurologie vasculaire, neurochirurgie) et le pôle céphalique (chirurgie maxillo-faciale, ORL, ophtalmologie).
Une unité pédiatrique neuro-céphalique de 25 lits permet d’organiser la prise en charge des enfants en matière de neurochirurgie, neurologie, ophtalmologie, chirurgie maxillo-faciale et d’ORL.
Au cœur de ce bâtiment, le plateau technique innovant est notamment composé d’un bloc opératoire de 25 salles d’opérations, d’un plateau mutualisé d’anesthésie-réanimation, et d’un vaste secteur d’imagerie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.