Le transhumanisme en question : le progrès entre fiction et futur

Humain "augmenté", plus seulement "réparé" ! Mais où s’arrête le soin ? Où commence l’amélioration des performances ? Pour répondre à ces questions et tenter de donner du sens au progrès, le CHU de Bordeaux, haut lieu de production de savoirs médicaux et des avancées scientifiques, s’oblige à mener une réflexion éthique sur le nouveau monde qui s'offre à nous - pas forcément le meilleur. Pour traiter le sujet, l'institution convie deux experts le Pr. Jean-Didier Vincent, médecin neurobiologiste et le Pr. Jean-Michel Besnier, philosophe, lors d’une soirée intitulée « L’Homme augmenté : l’éthique face au transhumanisme » proposée par l’espace de réflexion éthique d’Aquitaine (EREA), jeudi 14 septembre 2017*.

Humain "augmenté", plus seulement "réparé" ! Mais où s’arrête le soin ? Où commence l’amélioration des performances ? Pour répondre à ces questions et tenter de donner du sens au progrès, le CHU de Bordeaux, haut lieu de production de savoirs médicaux et des avancées scientifiques, s’oblige à mener une réflexion éthique sur le nouveau monde qui s’offre à nous – pas forcément le meilleur. Pour traiter le sujet, l’institution convie deux experts le Pr. Jean-Didier Vincent, médecin neurobiologiste et le Pr. Jean-Michel Besnier, philosophe, lors d’une soirée intitulée « L’Homme augmenté : l’éthique face au transhumanisme  » proposée par l’espace de réflexion éthique d’Aquitaine (EREA), jeudi 14 septembre 2017*. 
Glissement des traitements sophistiqués au transhumanisme
Des puces placées dans le cerveau permettent aux personnes lourdement handicapées de commander des membres-robots grâce à la pensée et d’écrire quelques mots par minutes ; des implants oculaires redonnent la vue aux personnes aveugles, un exosquelette de l’armée américaine accroît la force des soldats qui arrivent à déplacer de lourdes charges, des molécules décuplent les capacités intellectuelles… Une nouvelle espèce humaine, augmentée, débarrassée de la maladie, de la souffrance, du vieillissement est en passe de relever tous les défis même ceux de notre condition de mortel ! Le transhumanisme voit dans ces succès l’aboutissement du progrès scientifique. Mais ce courant d’opinion n’est-il pas lui-même une dérive ? Que se passera-t-il si seulement une frange de la population profite de ces avancées ? Que feront les autres ? Que restera-t-il du vivre ensemble ?
La science est en passe de transformer notre humanité et de modifier l’évolution de l’espèce humaine. Il est urgent d’organiser un débat collectif sur les possibles transformations du corps et de l’esprit, sur leurs conséquences et sur le prix qu’il en coûtera aux individus et à la société. Cette réflexion ardue renvoie au vieux mythe d’amortalité et promet d’être passionnante surtout quand elle donne la parole à un scientifique qui intervient à la fois en tant qu’opérateur du progrès et conscience critique. 
* Jeudi 14 septembre 2017 de 19h à 21h – entrée libre – ouvert à tous -Maison Cantonale (Bastide) – 20 rue de Châteauneuf –33100 Bordeaux
M
odérateur : Bernard Broustet, journaliste

L’EREA* : Espace de Réflexion Ethique d’Aquitaine. Les Espaces de Réflexions éthiques ont pour vocation de susciter et de coordonner les initiatives en matière d’éthique dans le domaine des sciences de la vie et de la santé, dans chaque région. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.