Le transhumanisme en question : le progrès entre fiction et futur

Humain "augmenté", plus seulement "réparé" ! Mais où s’arrête le soin ? Où commence l’amélioration des performances ? Pour répondre à ces questions et tenter de donner du sens au progrès, le CHU de Bordeaux, haut lieu de production de savoirs médicaux et des avancées scientifiques, s’oblige à mener une réflexion éthique sur le nouveau monde qui s'offre à nous - pas forcément le meilleur. Pour traiter le sujet, l'institution convie deux experts le Pr. Jean-Didier Vincent, médecin neurobiologiste et le Pr. Jean-Michel Besnier, philosophe, lors d’une soirée intitulée « L’Homme augmenté : l’éthique face au transhumanisme » proposée par l’espace de réflexion éthique d’Aquitaine (EREA), jeudi 14 septembre 2017*.

Humain "augmenté", plus seulement "réparé" ! Mais où s’arrête le soin ? Où commence l’amélioration des performances ? Pour répondre à ces questions et tenter de donner du sens au progrès, le CHU de Bordeaux, haut lieu de production de savoirs médicaux et des avancées scientifiques, s’oblige à mener une réflexion éthique sur le nouveau monde qui s’offre à nous – pas forcément le meilleur. Pour traiter le sujet, l’institution convie deux experts le Pr. Jean-Didier Vincent, médecin neurobiologiste et le Pr. Jean-Michel Besnier, philosophe, lors d’une soirée intitulée « L’Homme augmenté : l’éthique face au transhumanisme  » proposée par l’espace de réflexion éthique d’Aquitaine (EREA), jeudi 14 septembre 2017*. 
Glissement des traitements sophistiqués au transhumanisme
Des puces placées dans le cerveau permettent aux personnes lourdement handicapées de commander des membres-robots grâce à la pensée et d’écrire quelques mots par minutes ; des implants oculaires redonnent la vue aux personnes aveugles, un exosquelette de l’armée américaine accroît la force des soldats qui arrivent à déplacer de lourdes charges, des molécules décuplent les capacités intellectuelles… Une nouvelle espèce humaine, augmentée, débarrassée de la maladie, de la souffrance, du vieillissement est en passe de relever tous les défis même ceux de notre condition de mortel ! Le transhumanisme voit dans ces succès l’aboutissement du progrès scientifique. Mais ce courant d’opinion n’est-il pas lui-même une dérive ? Que se passera-t-il si seulement une frange de la population profite de ces avancées ? Que feront les autres ? Que restera-t-il du vivre ensemble ?
La science est en passe de transformer notre humanité et de modifier l’évolution de l’espèce humaine. Il est urgent d’organiser un débat collectif sur les possibles transformations du corps et de l’esprit, sur leurs conséquences et sur le prix qu’il en coûtera aux individus et à la société. Cette réflexion ardue renvoie au vieux mythe d’amortalité et promet d’être passionnante surtout quand elle donne la parole à un scientifique qui intervient à la fois en tant qu’opérateur du progrès et conscience critique. 
* Jeudi 14 septembre 2017 de 19h à 21h – entrée libre – ouvert à tous -Maison Cantonale (Bastide) – 20 rue de Châteauneuf –33100 Bordeaux
M
odérateur : Bernard Broustet, journaliste

L’EREA* : Espace de Réflexion Ethique d’Aquitaine. Les Espaces de Réflexions éthiques ont pour vocation de susciter et de coordonner les initiatives en matière d’éthique dans le domaine des sciences de la vie et de la santé, dans chaque région. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

AVC : COURSE CONTRE LA MONTRE AU CHU DE MONTPELLIER

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.

Dossier : la maladie de Lyme

Dans ce dossier, nous abordons la piqure de tique et la transmission de la bactérie Borrelia, à l’origine de la très médiatisée maladie de Lyme. L’occasion, sur la base de travaux et d’études scientifiques, de démêler le vrai du faux à l’heure où les controverses et fausses informations pullulent sur internet.