Le travail de mémoire du CHU de Dijon

Après 8 siècles de présence au cœur de la ville, sur le site de l’hôpital général dont certains bâtiments sont protégés au titre des monuments historiques*, le CHU de Dijon s’est installé à 3,2 km de là, au lieu dit Bocage Central dans des locaux à l’architecture futuriste. Processus normal de développement d’un hôpital universitaire pour certains, révolution culturelle pour d’autres. Pour accompagner ce saut dans le 3ème millénaire et faire transition, le CHU a déployé une politique de gestion de son patrimoine

Après 8 siècles de présence au cœur de la  ville, sur le site de l’hôpital général dont certains bâtiments sont protégés au titre des monuments historiques*, le CHU de Dijon s’est installé à 3,2 km de là, au lieu dit Bocage Central dans des locaux à l’architecture futuriste. Processus normal de développement d’un hôpital universitaire pour certains, révolution culturelle pour d’autres. Pour accompagner ce saut dans le 3ème millénaire et faire transition, le CHU a déployé une politique de gestion de son patrimoine et de valorisation à travers une série d’expositions. Renouvelées tous les 6 mois, ces rétrospectives racontent l’histoire du soin au fil des siècles. Elles accueillent le public dans le hall de Bocage Central où un espace muséographique leur est réservé et se prolongent  dans les différents espaces d’attente du rez-de-chaussée. Témoins du quotidien des équipes en des temps révolus, elles créent une passerelle entre les métiers et savoirs passés, présents et d’avant-garde.
Un comité de pilotage réunissant des représentants de tous les personnels a défini les thématiques. Du 4 octobre 2012 au 15 mars 2013, l’exposition « Le CHU de Dijon : un demi-siècle sur le site du Bocage ! »  retrace en onze vitrines, les débuts de la stérilisation, le service hospitalier, la radiologie, la dermatologie, la chirurgie, le repas des patients et le lien entre l’hôpital et l’université. Elle succède aux « objets témoins du parcours hospitalier » première exposition du cycle qui s’était tenue du 16 janvier au 15 avril 2012 et qui donnait à voir une sélection de 40 objets et documents.  Un condensé d’archives qui témoignait des tentatives déployées pour combattre le mal et rappelait les innovations qui ont révolutionné la médecine. Parmi elles des pièces étonnantes comme une jambe en cuivre  utilisée pour faire le vide d’air sur un membre enfermé hermétiquement afin de lutter  contre les hémorragies.
Retour sur 8 siècles d’histoire
A Dijon, plus qu’ailleurs, les soins hospitaliers furent influencés par la présence du personnel soignant ecclésiastique et des gestionnaires de l’église ;  un ministère de 700 ans, particulièrement long au regard des autres cités. A partir du XVIIIème, les nouveaux responsables  laïcs firent table rase du passé et beaucoup d’accessoires furent disséminés dans les autres établissements. A ce jour, près de 261 pièces ont été déposées auprès des musées de la Vie bourguignonne et d’Art sacré -dont la quasi totalité sont protégés au titre des Monuments historiques. Il a fallu mener un travail de fourmi pour dresser l’inventaire des articles « d’Art et d’histoire » achetés par l’hôpital pour les malades et les soignants. Des pièces rares et de qualité, à valeur ethnologique  ont été remarquées par le service des Monuments historiques : meubles, ustensiles de cuisine, matériel de secrétariat, outils de menuiserie qui rappellent l’évolution des métiers hospitaliers, objets scientifiques et techniques  attachés aux domaines de la recherche et objets médicaux qui renvoient aux différentes spécialités.
Une vente aux enchères
Parallèlement au recensement et à cet effort de conservation et d’exposition orchestré par Adeline Rivière, Chargée des collections patrimoniales, le CHU va se défaire d’objets qui ont un intérêt intrinsèque mais sans rapport direct avec l’histoire de l’hôpital. A cette fin, il organise une vente aux enchères le 1er décembre 2012 à partir de 14h15 à l’Hôtel des ventes des Maîtres de Vrégille et Cortot, en étroite collaboration avec le service des monuments historiques et l’Agence Régionale de Santé. Les objets ainsi vendus poursuivront leur histoire et connaîtront une mise en  valeur que le CHU ne peut leur offrir. Les bénéfices de la vente seront alloués à la mise en valeur du patrimoine mobilier.

Quant aux archives historiques du CHU, elles ont été déposées auprès des Archives Départementales afin de faciliter la consultation de ces documents publics.
*la Chapelle Sainte-Croix-de Jérusalem est classée au titre des Monuments historiques, le reste des parties anciennes est inscrit pour les façades et toitures

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.