Le Vapréotide : un nouveau médicament de référence dans le traitement de la cirrhose du foie

La rupture des varices dans le tube digestif, au cours de la cirrhose, est la deuxième cause de mortalité de cette maladie. Un traitement médicamenteux curatif vient d'être mis au point améliorant considérablement le pronostic vital des patients : il s'agit de l'administration précoce de Vapréotide. Un progrès médical qui fera référence dans le domaine du traitement de l'hypertension portale.

L’étude permettant la mise au point de ce traitement, initiée à l’Université et au CHU d’Angers a été réalisée en collaboration avec 22 centres hospitaliers et en partenariat avec la société suisse Debiopham.

Cette étude a fait l’objet d’une publication du Pr. Paul Calès, premier auteur, dans le New England Journal of Medicine du 4 janvier 2001.

C’est avec 2 ans d’avance sur une étude nord-américaine, parallèlement menée par un groupe international que l’étude franco-suisse sera publiée.

La cirrhose en France

En France, chaque année la cirrhose est responsable d’environ 10 000 décès et entraîne environ 15 000 hémorragies digestives.

Le Vapréotide

L’étude initiée à Angers dès 1997 a permis de démontrer que l’administration précoce* de Vapréotide améliore le pronostic vital des patients victimes d’une rupture de varices dans le tube digestif.
Administré en perfusion pendant 5 jours en association avec un traitement endoscopique, le Vapréotide aide à contrôler l’hémorragie et surtout il permet de diminuer la mortalité.
*dès l’admission du patient en milieu hospitalier, sans attendre confirmation de l’origine de l’hémorragie, ni l’examen endoscopique, ce qui permet de gagner de précieuses heures.
Le Vapréotide est un médicament facile à manier par des équipes non spécialisées du fait de sa quasi-absence de contre-indication.

L’équipe du Pr Paul Calès

Cette équipe est spécialisée depuis longtemps dans l’étude de l’hypertension portale (équivalent de l’hypertension artérielle au niveau des veines du tube digestif). Elle a par ailleurs mis au point une technique permettant d’étudier les propriétés des analogues hormonaux de somatostatine, famille de molécules dont est issu le Vapréotide.
En 1999, le Pr Calès présentait les premiers résultats de l’étude sur l’administration précoce du Vapréotide au Congrès de l’AASLD à Dallas.
Le 4 janvier 2001, le Pr Calès publiait en tant que premier auteur un article intitulé ? Early administration of vapreotide for variceal bleeding in cirrhosis » dans le New England Journal of Medicine*, première revue médicale mondiale.

* Le New England Journal of Medicine bénéficie d’un coefficient d’impact de 29 – à titre indicatif, la meilleure des revues médicales françaises ne possède qu’un coefficient d’impact de 1,1.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.