Le virtuel à l’épreuve de la violence et de l’addiction : une réflexion concertée portée par Marseille

Le virtuel floute les frontières de la réalité et propose un nouveau rapport aux autres mais aussi à l'interdit. Le virtuel rend-il les déviances plus accessibles ? Comment qualifier et aborder les transgressions particulières qu'il rend possible ? A toutes ces questions, la société doit trouver des réponses concertées. D'où l'importance du travail original de réflexion sur l'usage transgressif des nouvelles technologies conduit à Marseille...

Le virtuel floute les frontières de la réalité et propose un nouveau rapport aux autres mais aussi à l’interdit. Le virtuel rend-il les déviances plus accessibles ? Comment qualifier et aborder les transgressions particulières qu’il rend possible sans victime directe et presque sans matérialité (infractions sexuelles, cyberpédopornographie et pédophilie) ? A toutes ces questions, la société doit trouver des réponses concertées. D’où l’importance du travail original de réflexion sur l’usage transgressif des nouvelles technologies que les équipes de Marseille conduisent durant deux journées d’information et d’échange sur le thème "Le virtuel et ses enjeux – Nouvelles technologies, Violence et Symptôme". Cette rencontre, destinée aux soignants, mais aussi aux professionnels de la justice, de l’accompagnement social, de l’éducation ou de la pénitentiaire, se déroulera les jeudi 10 et vendredi 11 décembre 2015 à l’hôpital de la Timone.
« Le virtuel renvoie à ce qui existe sans se manifester. Espace sans support mais bien réel, le virtuel vient flouter la démarcation d’avec l’imaginaire, brouiller des codes jusqu’alors bien établis. Les avatars, pseudos et autres versions de soi viennent compléter l’identité, l’image de soi, les relations sociales, de tout un chacun. Vecteur de mutation et de facilitation du lien social (relation et communication) le virtuel est-il un simple outil et miroir de notre société ? » interrogent les organisateurs.
Ces journées sont placées sous l’égide de la Clinique de psychiatrie et de psychologie médicales du Pr C. Lançon et du pôle de psychiatrie, médecine, addictologie en détention et médecine légale du Dr C. Paulet.
Télécharger le programme

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.