Le virtuel à l’épreuve de la violence et de l’addiction : une réflexion concertée portée par Marseille

Le virtuel floute les frontières de la réalité et propose un nouveau rapport aux autres mais aussi à l'interdit. Le virtuel rend-il les déviances plus accessibles ? Comment qualifier et aborder les transgressions particulières qu'il rend possible ? A toutes ces questions, la société doit trouver des réponses concertées. D'où l'importance du travail original de réflexion sur l'usage transgressif des nouvelles technologies conduit à Marseille...

Le virtuel floute les frontières de la réalité et propose un nouveau rapport aux autres mais aussi à l’interdit. Le virtuel rend-il les déviances plus accessibles ? Comment qualifier et aborder les transgressions particulières qu’il rend possible sans victime directe et presque sans matérialité (infractions sexuelles, cyberpédopornographie et pédophilie) ? A toutes ces questions, la société doit trouver des réponses concertées. D’où l’importance du travail original de réflexion sur l’usage transgressif des nouvelles technologies que les équipes de Marseille conduisent durant deux journées d’information et d’échange sur le thème "Le virtuel et ses enjeux – Nouvelles technologies, Violence et Symptôme". Cette rencontre, destinée aux soignants, mais aussi aux professionnels de la justice, de l’accompagnement social, de l’éducation ou de la pénitentiaire, se déroulera les jeudi 10 et vendredi 11 décembre 2015 à l’hôpital de la Timone.
« Le virtuel renvoie à ce qui existe sans se manifester. Espace sans support mais bien réel, le virtuel vient flouter la démarcation d’avec l’imaginaire, brouiller des codes jusqu’alors bien établis. Les avatars, pseudos et autres versions de soi viennent compléter l’identité, l’image de soi, les relations sociales, de tout un chacun. Vecteur de mutation et de facilitation du lien social (relation et communication) le virtuel est-il un simple outil et miroir de notre société ? » interrogent les organisateurs.
Ces journées sont placées sous l’égide de la Clinique de psychiatrie et de psychologie médicales du Pr C. Lançon et du pôle de psychiatrie, médecine, addictologie en détention et médecine légale du Dr C. Paulet.
Télécharger le programme

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.