Le virtuel pour initier les futurs chirurgiens

Montpellier est le seul CHU à avoir investi dans un outil de formation pour les futurs professionnels de la chirurgie coelioscopique. The LapSim (pour laparoscopie simulateur) fabriqué par une entreprise suédoise est un logiciel de simulation qui permet aux étudiants d'apprendre les gestes basiques d'une intervention chirurgicale.Situé dans le service de chirurgie digestive, sous la responsabilité du Pr Millat, le logiciel présente des atouts indiscutables.

Montpellier est le seul CHU à avoir investi dans un outil de formation pour les futurs professionnels de la chirurgie coelioscopique. The LapSim (pour laparoscopie simulateur) fabriqué par une entreprise suédoise est un logiciel de simulation qui permet aux étudiants d’apprendre les gestes basiques d’une intervention chirurgicale.Situé dans le service de chirurgie digestive, sous la responsabilité du Pr Millat, le logiciel présente des atouts indiscutables.

The LapSim est un logiciel informatique avec deux pinces, qui permet de se familiariser à une gestuelle nécessaire lors d’interventions chirurgicales coelioscopiques. Toutes les options prévues par le logiciel sont semblables aux gestes réalisées lors d’une intervention : navigation,instruments, coordination, vitesse et précisions, saisir, couper, suturer, disséquer… Et si l’interne se trompe par exemple lors d’une dissection, le logiciel prévoit même que la cavité saigne.

Le fonctionnement
L’interne, en binôme avec un senior, s’entraîne sur le logiciel tous les 15 jours. Différents types d’exercices sont prévus. Les savoirs basiques élémentaires proposent 10 exercices avec différents niveaux de difficultés et développent une spécificité (coordination, force des mouvements, couper,…). Chaque exercice correspond à un fichier créé qui permet de s’auto évaluer et de suivre la progression des acquisitions.
Les gestes techniques opératoires sont décomposés en gestes élémentaires à connaître et ainsi assemblés, ils forment la compétence du chirurgien.

Les bénéfices du logiciel
– Un gain de temps pour l’interne qui apprend les gestes élémentaires. Ainsi lors d’une (vraie) opération, il peut directement se concentrer sur les particularités de celle-ci.
– Un avantage économique est possible. L’acquisition par l’interne des savoirs élémentaires en dehors de la salle d’opération raccourcit la durée des interventions et le coût d’une minute dans une salle d’opération est estimé à 20 €.
– Un gain de sécurité est apprécié. En s’exerçant sur le LapSim, les erreurs en milieu réel sont moindres. Les premiers bilans des protocoles de recherche indiquent que les formés sur LapSim développent de meilleures performances et une efficacité plus grande.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.