Le Zénith pour 1 500 soignants

Pour ses 25 ans de partage d’expériences et de recherches conduites au CHU, dans les hôpitaux et en secteur libéral, l’Association pour la Recherche et la Formation des Infirmiers et Infirmières (ARFI) a réuni 1 500 soignants le 18 avril 2013 au Zénith de Saint-Etienne Métropole

Pour ses 25 ans de partage d’expériences et de recherches conduites au CHU, dans les hôpitaux et en secteur libéral, l’Association pour la Recherche et la Formation des Infirmiers et Infirmières (ARFI) a réuni 1 500 soignants le 18 avril 2013 au Zénith de Saint-Etienne Métropole
Exceptionnel par sa dimension et son audience, ce colloque valorise le savoir et l’engagement des équipes, stimule la réflexion professionnelle, actualise les connaissances et offre une vitrine prestigieuse aux travaux des infirmiers-chercheurs.
Cette 25ème édition a été marquée par la présentation :
d’expériences novatrices en pédiatrie : utilisation de l’hypno-analgésie ou comment appréhender différemment la douleur chez l’enfant, hospitalisation à domicile à travers un plan d’accompagnement et de soins individualisés s’inscrivant dans un projet de vie d’un petit patient âgé de  6 ans.
de prises en charge originales : utilisation du training autogène de Schultz auprès d’un patient anxieux –méthode de relaxation – en psychiatrie
– de projets de soins non conventionnels : création d’une œuvre musicale en psychiatrie, le handicap : un horizon différent à découvrir à travers une équipe qui s’efforce de rééduquer, de soutenir les  patients victimes d’AVC et leur faire envisager un avenir différent par une prise en soins spécifique mais aussi non conventionnelle…
d’apports de connaissances spécifiques : le don placentaire ou la chirurgie rénale dite « ex-vivo ». Ce traitement chirurgical des dysplasies et des anévrysmes des artères responsables d’hypertension artérielle chez le sujet jeune est singulier  puisque le rein est tout d’abord extrait de la cavité abdominale afin d’être réparé pour être ensuite réimplanté chez le patient. Le CHU de St Etienne est le centre de référence national pour cette technique chirurgicale.
Temps fort en ouverture
Isabelle Monnier, chargée de mission auprès du Directeur général de l’Offre de Soins au Ministère de la Santé, Maurice Vincent, sénateur-maire et Frédéric Boiron, directeur général du CHU sont intervenus aux côtés de l’ARFI.
Un partenariat de longue date avec le CHU et les établissements de santé
Né en 1988 de l’initiative d’un groupe de cadres infirmiers conscients de la richesse des expériences initiées par des équipes du CHU et des établissements du territoire, le colloque n’a cessé de grandir et de séduire un auditoire toujours plus vaste, l’obligeant à réserver des salles toujours plus prestigieuses de l’amphithéâtre de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers du CHU à  la « maison de la culture » de Saint-Etienne puis au Palais des Congrès, au Palais des Spectacles, enfin au Zénith de St-Etienne Métropole.
Désormais les pionniers se sont constitués en  une Association pour la Recherche et la Formation des Infirmiers et Infirmières (ARFI) qui a élu domicile au CHU.
Contact : 04 77 12 74 71 – arfi@chu-st-etienne

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.