L’école à l’hôpital : une unité d’enseignement à part entière

Entérinée par convention avec l'inspection académique de l'Hérault, l'unité d’Enseignement du CHU de Montpellier a été inaugurée le 20 novembre 2012. Son projet pédagogique : adapter le parcours scolaire des 1 000 enfants-élèves hospitalisés chaque année à leur pathologie afin qu'ils ne souffrent d'aucune rupture dans leur éducation.

Entérinée par convention avec l’inspection académique de l’Hérault, l’unité d’Enseignement du CHU de Montpellier a été inaugurée le 20 novembre 2012. Son projet pédagogique : adapter le parcours scolaire des 1 000 enfants-élèves hospitalisés chaque année à leur pathologie afin qu’ils ne souffrent d’aucune rupture dans leur éducation.
Du primaire au secondaire (CP au Bac), les cours sont assurés par 11 enseignants spécialisés "professeur des écoles" et 4 enseignants du second degré, nouvellement arrivés en 2012. Pour préserver le lien des jeunes patients avec leur école, collège ou lycée, le CHRU met à leur disposition  une adresse mail sur le réseau internet qui leur est réservé. Les leçons sont dispensées en groupe ou au chevet de l’enfant.
Les patients en traitement long comme les cancers sont suivis par l’unité d’enseignement du CHRU et le SAPAD (service d’assistance pédagogique à domicile), dispositif gratuit de l’Inspection Académique sur toute l’année scolaire.
Les malades chroniques souffrant -par exemple de mucoviscidose ou les dialysés qui doivent passer 3 jours par semaine à l’hôpital – voient leur scolarité assurée à l’année par es enseignants du CHRU.
L’unité d’enseignement du CHRU est en lien permanent avec l’établissement scolaire d’origine afin de suivre le programme des matières fondamentales pour que l’enfant continue ses apprentissages, valide son année scolaire ou soit à même de réintégrer sa classe dès que sa santé le lui permettra. En psychologie pédiatrique, 4 enseignants veillent à la continuité de la scolarité des malades et à l’inclusion scolaire dès la maternelle de certains jeunes patients, les enfants autistes par exemple.
Un accompagnement à la maison après un séjour court
Pour les courts séjours nécessitant un temps de convalescence à la maison avant la reprise de l’école, les parents peuvent avoir recours au SAPAD. Ce service leur met en contact avec un ou des professeurs qui viendront enseigner à leur domicile. Selon Jocelyne Navarro, Responsable Pédagogique de l’Unité d’Enseignement du CHRU de Montpellier et du SAPAD du département " Nous suivons au plus près le programme afin de faciliter le retour à l’école."
Des équipements fournis en priorité par les associations
Les livres et le matériel de cours sont ceux de l’enfant et un double des livres est donné par l’établissement pour les cours dispensés au CHRU.
Aucun budget n’étant alloué pour les équipements annexes, il est en général fourni par des associations. Pour la dialyse par exemple, où l’hygiène doit être scrupuleusement respectée, l’Unité d’Enseignement du CHRU de Montpellier s’est vu offrir plusieurs tablettes tactiles (plus faciles à désinfecter que les ordinateurs traditionnels) afin de permettre aux enfants regroupés en salle de dialyse de travailler avec du matériel propre, léger, peu encombrant et performant.
La continuité du projet scolaire pour les enfants malades
Le personnel enseignant de l’hôpital organise si nécessaire les épreuves du Brevet des Collèges, du C.F.G et du Baccalauréat au CHRU avec la division des Examens et Concours du Rectorat. Ils sont également présents pour aider les parents dans les démarches à effectuer, que ce soit pour les cours à domicile ou le retour à l’école.
Scolarité à l’hôpital : données repères
25 patients/élèves relevant de longs ou fréquents séjours hospitaliers ont pu passer leurs examens en 2011-2012.
Dans l’ensemble des services pédiatriques, plus de 1 000 enfants et adolescents ont bénéficié de l’intervention des 11 enseignants spécialisés de l’Unité d’Enseignement du CHRU (dont 600 élèves au centre référent des troubles spécifiques du langage).
Ces différents services sont situés dans le pôle enfants, le pôle Neurosciences Tête et cou et le pôle psychiatrique du CHRU de Montpellier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.