L’école de l’Atopie : apprendre à gérer ses allergies

Tous les mercredis après-midi, le service de Médecine Interne, Allergologie et Immunologie clinique du CHU de Nancy organise l'école de l'Atopie. Cette réunion consacrée à l'éducation du patient allergique est animée par les médecins du service (Docteurs Morisset, Cordebar et Dumond) les infirmières, la conseillère en environnement, la diététicienne et la psychologue. « L'école de l'Atopie repose sur le principe de l'écoute, explique le Dr Vanina Cordebar. Nous partons toujours des questionnements et des témoignages des participants afin de faire passer nos messages. »

Tous les mercredis après-midi, le service de Médecine Interne, Allergologie et Immunologie clinique du CHU de Nancy organise l’école de l’Atopie. Cette réunion consacrée à l’éducation du patient allergique est animée par les médecins du service (Docteurs Morisset, Cordebar et Dumond) les infirmières, la conseillère en environnement, la diététicienne et la psychologue. « L’école de l’Atopie repose sur le principe de l’écoute, explique le Dr Vanina Cordebar. Nous partons toujours des questionnements et des témoignages des participants afin de faire passer nos messages. »

Qu’est ce que l’atopie ?
L’atopie est une prédisposition héréditaire à produire de manière excessive des immunoglobulines de type E au contact d’allergènes naturels et de développer des manifestations d’hypersensibilité immédiate : rhinite, asthme, allergie alimentaire, urticaire aigue, oedème. Les patients ou les parents des enfants allergiques s’informent sur les moyens de maîtriser au mieux le risque allergique de leur enfant et adolescent. « Plus de personnes dans l’entourage seront au fait des mesures de prévention et des types de réactions allergiques, plus les risques seront atténués » souligne le Dr Cordebar.

Vivant des situations personnelles différentes mais partageant des préoccupations communes, les patients et proches sont acteurs de leur santé. L’équipe hospitalière prodigue des conseils personnalisés pratiques et comportementaux. Pour l’allergie aux acariens, la conseillère en environnement Monique Guillaso les détaille : « il existe sur le marché des housses anti-acariens efficaces pour les matelas mais il faut avant tout et très régulièrement, changer de draps, laver ses oreillers et favoriser les aspirateurs équipés d’un filtre HEPA empêchant les acariens présents dans la poussière d’être remis en suspension dans l’air. Éviter les systèmes à vapeur pour le nettoyage car la multiplication des acariens est favorisée avec l’humidité. Sans oublier le sacro-saint conseil : aérer son lieu d’habitation au moins 15 minutes par jour. »

« En matière d’allergie alimentaire l’éviction de l’aliment en cause est essentielle », affirme Patricia Sergeant, diététicienne. « Le patient doit apprendre à lire de façon systématique la composition en ingrédients de tous les produits industriels. Le plus difficile est la gestion du risque d’allergie alimentaire à la cantine ou au restaurant. » Et pour une personne très allergique aux arachides, un conseil qui peut paraître surprenant : « ne pas embrasser quelqu’un qui vient de manger des cacahuètes par exemple. »

Si l’erreur involontaire survient malgré tout, il faut savoir reconnaître les symptômes d’une crise allergique et savoir gérer l’urgence. Les démonstrations proposées par l’équipe permettent aux participants de se familiariser avec la chambre d’inhalation et la trousse d’urgence, notamment le stylo auto-injecteur d’adrénaline : l’ANAPEN. « L’école de l’Atopie est ouverte à toute personne présentant cette pathologie, précise le Dr Cordebar, qu’elle soit suivie au CHU de Nancy ou ailleurs. »

Parce que l’éducation thérapeutique doit s’adapter à tous les publics, l’équipe de l’école de l’Atopie met également en place des moyens pédagogiques comme la maison de poupée « allergènes » pour montrer les « pièges » à éviter. Un laboratoire culinaire est en projet pour améliorer la qualité et la diversité de l’alimentation du patient allergique. Pendant la séance, les enfants en bas âge peuvent être pris en charge par les bénévoles de l’association « Les Dames en Rose » qui leur proposent de quoi les divertir : jeux, coloriage, etc.

Contact
Ecole de l’Atopie
Service Médecine Interne, Allergologie et Immunologie clinique du CHU de Nancy, hôpital Central
03 83 85 28 78

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.