Ecole à l’hôpital : un mini collège pour les enfants malades

Un « mini collège embarqué » met le numérique au service de la scolarisation des 200 enfants malades qui séjournent chaque année au CHU de Nantes. Le Département de la Loire-Atlantique a pourvu les classes des hôpitaux de Nantes et Saint-Nazaire, en même temps que les collèges, de matériel informatique.
Un « mini collège embarqué » met le numérique au service de la scolarisation des 200 enfants malades qui séjournent chaque année au CHU de Nantes. Le Département de la Loire-Atlantique a pourvu les classes des hôpitaux de Nantes et Saint-Nazaire, en même temps que les collèges, de matériel informatique.
Un « mini collège embarqué », composé de cinq ordinateurs portables, d’un serveur relié au réseau du CHU et d’une imprimante est donc installé, avec le mobilier adapté, dans l’une des salles du service. « Ces équipements permettent de varier les activités, d’apporter à l’enseignement un côté ludique. Ils sont très utiles lorsqu’on a dans un même cours des élèves de niveaux différents », explique l’un des enseignants intervenant au CHU. 
L’utilisation du numérique améliore un service qui ne date pas d’hier : depuis trente ans, les enfants soignés en pédiatrie bénéficient de cours personnalisés dispensés par des enseignants de l’Education nationale. Ils interviennent à la demande des médecins, après un point avec l’établissement d’origine sur le profil de l’élève : « Il s’agit d’éviter que l’hospitalisation n’affecte trop leur scolarité ». De la grande section de maternelle à la terminale, en salle de classe ou en chambre, quatre professeurs font travailler les enfants malades : Catherine Perier et Vincent Robert (primaire), Évelyne Frionnet et Alain Le Grand (secondaire).
Les élèves reçoivent en priorité des cours de français et de mathématiques. Puis, en fonction de leur fatigabilité et de la place laissée par les soins, l’enseignement s’élargit aux sciences, à l’histoire-géographie et aux activités éducatives et culturelles.
Le travail réalisé à l’hôpital est pris en compte dans le cursus scolaire de l’élève : validation de notes, passage au CHU du baccalauréat, du brevet des collèges, du certificat de formation générale, des évaluations nationales de CE1 et de CM2.
Plus de 200 élèves bénéficient de ce suivi et de ces équipements.
Plus de renseignements sur l’école à l’hôpital dans le site internet : http://passerelle.ac-nantes.fr/ecole-hopital-nantes/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.