L’éducation thérapeutique en colloque à Montpellier : un patient plus autonome, un travail d’équipe enrichi

Vecteur d’autonomisation, l’éducation thérapeutique apporte au patient une meilleure compréhension de sa maladie, de son traitement, un meilleur contrôle des complications sur le long terme, moins de stress et d’anxiété, une plus grande capacité à anticiper les situations d’urgence… Et par là même moins de réhospitalisation, soit une économie pour l’Assurance Maladie. Pour toutes ces raisons et aussi parce que le patient est désormais reconnu comme acteur de sa santé – partenaire des soins, l’offre éducative thérapeutique ne cesse de s'étoffer. A l’occasion des 14èmes journées régionales d’échanges en éducation du patient qui ont eu lieu les 14 et 15 avril à Montpellier (Agropolis), le CHU fait le point sur cette discipline encore trop méconnue du grand public.
Vecteur d’autonomisation, l’éducation thérapeutique apporte au patient une meilleure compréhension de sa maladie, de son traitement, un meilleur contrôle des complications sur le long terme, moins de stress et d’anxiété, une plus grande capacité à anticiper les situations d’urgence… Et par là même moins de réhospitalisation, soit une économie pour l’Assurance Maladie. Pour toutes ces raisons et aussi parce que le patient est désormais reconnu comme acteur de sa santé – partenaire des soins, l’offre éducative thérapeutique ne cesse de s’étoffer. En 2014, près de 4 000 programmes éducatifs ont été recensés, intéressant environ 500 000 patients. Des chiffres en progression mais qui restent insuffisants au regard des besoins des 15 millions de personnes vivant avec une maladie chronique en France. A l’occasion des 14èmes journées régionales d’échanges en éducation du patient qui ont eu lieu les 14 et 15 avril à Montpellier (Agropolis), le CHU fait le point sur cette discipline encore trop méconnue du grand public.
Les 14ème journées régionales d’échanges en éducation du patient ont réuni près de deux cents professionnels de santé de la région investis concernés par l’éducation thérapeutique, des acteurs sociaux, des associations de patients et des patients.  Des experts en ETP, dans le domaine du soin ou de la formation ont traité de l’apport de l’éducation thérapeutique au renouvellement de leurs pratiques de soin en termes de meilleure connaissance des patients, de capacité à développer une écoute active et une approche empathique, d’acquisition de capacités à transmettre leur savoir et à motiver. Des équipes ont relaté leur expérience. Jean‐Christophe Parisot, Haut Fonctionnaire tétraplégique s’est exprimé sur les enjeux de l’accompagnement expert.
Consulter le programme
Ces journées sont organisées par l’Unité Transversale d’Education du Patient (UTEP) du CHU de Montpellier.
Au CHU de Montpellier, 31 programmes d’ETP sont autorisés par l’Agence Régionale de Santé au 31 mars 2016, au profit de patients de la région, et 20 autres sont actuellement en construction. L’offre éducative de l’établissement et Languedoc Roussillon est présentée sur Internet sous la forme de livrets élaborés par l’Unité Transversale d’Education Thérapeutique (UTEP)* du CHU de Montpellier
A consulter également la vidéo réalisée par une équipe du CHU sur la dermatite atopique permet de mieux comprendre l’étendue de ces activités
http://www.youtube.com/watch?v=J2_2YK3f6lM
En savoir plus sur l’éducation thérapeutique
En France, l’éducation thérapeutique d’un patient s’organise sous la forme d’un programme spécifique en rapport avec une affection de longue durée : diabète, hypertension artérielle, arthrites inflammatoires, infections dues au VIH, dermatite atopique, etc.  Ces activités éducatives sont conçues sous la forme d’entretiens individuels ou d’ateliers collectifs. Elles doivent permettre au patient d’acquérir de nouvelles compétences.
En autosoin* par exemple, il peut s’agir de soulager les symptômes, de prendre en compte les résultats d’une autosurveillance, d’une automesure, d’adapter des doses de médicaments, d’initier un autotraitement, de réaliser des gestes techniques et des soins, de mettre en œuvre des modifications à son mode de vie (équilibre diététique, activité physique, etc.), de prévenir des complications évitables, d’associer son entourage dans la gestion de la maladie. 
L’enseignement peut aussi porter sur les compétences d’adaptation* nécessaire à un tel engagement : se connaître soi-même, avoir confiance en soi ; savoir gérer ses émotions ; développer un raisonnement créatif et une réflexion critique ; développer des compétences en matière de communication et de relations interpersonnelles ; prendre des décisions et résoudre un problème ; se fixer des buts à atteindre et faire des choix ; s’observer, s’évaluer et se renforcer.
L’éducation sanitaire s’inscrit dans le droit fil de la « Démocratie Sanitaire » qui reconnait au patient  le droit d’intervenir dans l’organisation de ses soins. Elle est encouragée par les textes de loi  « Hôpital, Patient, Santé, Territoire » (2009) et du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, qui insistent sur l’importance des politiques et actions de prévention. 
En savoir plus sur l’Unité Transversale d’Education Thérapeutique (UTEP) de Montpellier
L’UTEP est une structure transversale qui existe au CHU de Montpellier depuis 15 ans. C’est l’une des plus anciennes de France. Sa mission est de favoriser la diffusion de la « culture éducative » auprès des professionnels de santé par des aides à l’organisation, à l’information, à la formation ainsi que par la recherche propre à l’éducation thérapeutique. L’UTEP publie très prochainement un livre aux éditions Masson Elsevier, intitulé "Pratiquer l’éducation thérapeutique, l’équipe et les patients" à destination de professionnels de santé et des personnes investies dans ce domaine. Il sortira début juin dans les librairies.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.