L’électrocardiogramme à domicile

L'unité ERM 107 de l'INSERM et l'hôpital Louis Pradel des Hospices Civils de Lyon participent à « Epi-Medics », un projet européen qui vise à doter d'un électrocardiogramme à domicile toutes les personnes à risque cardiovasculaire d'ici quelques années.

L’unité ERM 107 de l’INSERM et l’hôpital Louis Pradel des Hospices Civils de Lyon participent à « Epi-Medics », un projet européen qui vise à doter d’un électrocardiogramme à domicile toutes les personnes à risque cardiovasculaire d’ici quelques années.

Le PEM (Personal ECG Monitor) est un petit appareil électrocardiographe
Le procédé est simple : dès que le patient ressent les symptômes d’un accident cardiaque, il pose 4 électrodes sur sa poitrine et ses poignets. L’appareil enregistre 10 secondes de tracé, qui sont transférés sur un serveur d’alarme, via le téléphone portable du patient. Dans le même temps, le médecin (cardiologue ou généraliste) reçoit un SMS d’alerte. Grâce à un mot de passe et à un code correspondant à chaque patient, il peut consulter le serveur, et visualiser les informations reçues via internet.

Trois scénarii sont possibles
– Alarme de niveau majeur (infarctus aigu, arythmies sévères) : le SAMU est automatiquement averti.
– Alarme de niveau moyen : le médecin prend les décisions qui s’imposent.
– Alarme mineure : un message s’affiche sur l’écran du patient. Il devra être signalé au médecin traitant à l’occasion d’une prochaine consultation.

L’appareil a été testé par 90 patients depuis novembre 2004 L’extension de l’indication et la poursuite de l’expertise de cet outil unique sont limitées par l’absence d’aide institutionnelle. A terme, un grand nombre de personnes souhaitant être médicalisées, qu’elles aient eu ou non un accident vasculaire, pourraient être équipées. Les médecins qui se déplacent au domicile des patients pourraient également en être dotés de même que les services d’urgence des hôpitaux périphériques.

Les enjeux d’une surveillance rapprochée, rendue possible par le PEM, sont de taille. En effet, sur les 50 000 personnes qui décèdent chaque année d’un infarctus du myocarde, 70 % des complications surviennent à domicile.

D’après un article d’Anne-Sophie Léonard, écrit en collaboration avec le Pr Philippe Chevalier, cardiologue à l’hôpital Louis Pradel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.