L’endoprothèse sur mesure pour éviter la rupture d’anévrisme : l’expertise lyonnaise

70 endoprothèses de nouvelle génération composées de fenêtres ou de branches et fabriquées sur mesure pour un patient unique, à partir des données de son scanner ont été implantées depuis 2006 par le service de chirurgie vasculaire de l’hôpital Edouard Herriot sur des personnes souffrant d'anévrisme aortique abdominale (gonflement d'une partie de l'artère) Cette chirurgie sur mesure réalisée en collaboration avec le CHU de Saint-Etienne tend à se développer. Déjà 10 endoprothèses fenêtrées et branchées ont été posées depuis janvier 2013 contre 5 en moyenne les années précédentes.

70 endoprothèses de nouvelle génération composées de fenêtres ou de branches et fabriquées sur mesure pour un patient unique, à partir des données de son scanner ont été implantées depuis 2006 par le service de chirurgie vasculaire de l’hôpital Edouard Herriot sur des personnes souffrant d’anévrisme aortique abdominale (gonflement d’une partie de l’artère)  Cette chirurgie sur mesure réalisée en collaboration avec le CHU de Saint-Etienne tend à se développer. Déjà 10 endoprothèses fenêtrées et branchées ont été posées depuis janvier 2013 contre 5  en moyenne les années précédentes.
Plus grosse artère du corps, l’aorte part du cœur et descend dans le thorax jusqu’à l’abdomen où elle se divise en 2 pour irriguer les jambes. Son anévrisme peut être fatal s’il y a rupture. Hormis la chirurgie – jugée plutôt mutilante et qui comporte de fréquents risques de complication – l’implantation mini-invasive d’endoprothèse par l’intérieur des vaisseaux apparaissant comme la meilleure alternative – sauf pour les anévrysmes qui remontent jusqu’à l’aorte thoracique englobant ainsi les artères viscérales jusqu’alors inaccessibles.
Avec les nouvelles endoprothèses, ces anévrismes complexes peuvent désormais être traités par les chirurgiens lyonnais passés maîtres dans la mesure des paramètres de l’aorte du patient et la reconstruction des branches en passant par l’assemblage des ″pièces détachées″ composant l’endoprothèse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.